• Fibromyalgie : soulagement au chanvre ?

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • QU’EST-CE QUE LE SYSTÈME IMMUNITAIRE ?

    Le système immunitaire est composé d’un ensemble de cellules, de tissus, d’organes lymphoïdes et du réseau lymphatique.

    À QUOI SERT LE SYSTÈME IMMUNITAIRE ?

    La fonction du système immunitaire est d’identifier, de maîtriser et de détruire les particules étrangères (les bactéries et les virus, par exemple), ainsi que les cellules anormales, avant qu’elles n’affectent notre organisme.

    Il pourrait être comparé à une armée en état d’alerte permanent dont la mission est de protéger notre corps. Grâce au système immunitaire, malgré des attaques externes et internes répétées, la plupart des gens demeurent le plus souvent en bonne santé. Lorsqu’une personne devient malade, à cause d’une infection par exemple, elle est généralement en mesure de guérir en un temps relativement court.

    COMMENT FONCTIONNE LE SYSTÈME IMMUNITAIRE ?

    Le système immunitaire implique des mécanismes de défense :

    • les mécanismes de défense non spécifiques, de type inflammatoire : on parle alors de réponse immunitaire innée ou naturelle. La peau et les muqueuses (du nez, de la bouche) sont les premiers remparts de notre système immunitaire ;
    • les mécanismes de défense spécifiques, comme l’action dirigée des lymphocytes et la production d’anticorps spécifiques. Le système immunitaire identifie les particules étrangères et les cellules anormales ou cancéreuses grâce à des antigènes présents à la surface de toutes les cellules, qu’elles soient saines ou malignes. L’ensemble des antigènes présents sur une cellule pourrait être comparé à une carte d’identité cellulaire. Si le système immunitaire ne reconnaît pas la carte d’identité de la cellule comme une carte "valide", alors il réagit contre cette cellule via des anticorps produits ou portés par les cellules du système immunitaire. De même qu’une serrure ne fonctionne qu’avec une clé unique, chaque anticorps se fixe de manière spécifique sur un seul type d’antigène. Quand un antigène est reconnu par le système immunitaire, la réponse immunitaire s’engage contre les cellules qui portent cet antigène pour détruire, rejeter ou repousser les cellules anormales, tumorales ou non, et les particules étrangères.
    Schéma montrant les agressions extérieures du système immunitaires

    QU’EST-CE QUE LE RÉSEAU LYMPHATIQUE ?

    Schéma du réseau lymphatique et des organes lymphoïdes

    Le réseau lymphatique est constitué d’une série de canaux fins appelés vaisseaux lymphatiques qui se ramifient dans tout le corps. Les vaisseaux lymphatiques transportent la lymphe, un liquide qui contient les cellules du système immunitaire, dont les lymphocytes.

    LES GANGLIONS LYMPHATIQUES

    Au sein de ce large réseau se trouvent des groupes de petits organes en forme de haricot que l’on appelle les ganglions lymphatiques. Ces ganglions contiennent des cellules du système immunitaire prêtes à réagir à d’éventuelles agressions extérieures. Les ganglions lymphatiques sont répartis dans tout le corps. Ils se trouvent le plus souvent le long des veines et des artères. Ils sont perceptibles notamment dans l’aine, le cou, les aisselles et, plus rarement, les coudes.

    LA LYMPHE

    La lymphe est filtrée par les ganglions lymphatiques et par différents organes tels que la rate, les amygdales, la moelle osseuse et le thymus. Ils en extraient les bactéries, les virus et toute autre substance étrangère.

    QUAND LES GANGLIONS LYMPHATIQUES SONT ENFLÉS

    Quand un grand nombre de substances est filtré par un ou plusieurs ganglions lymphatiques, ces derniers peuvent augmenter de volume et devenir douloureux. Par exemple, quand on souffre d’un mal de gorge, les ganglions lymphatiques situés sous la mâchoire et dans le cou peuvent devenir plus volumineux. La plupart du temps, des ganglions enflés sont le signe d’une réaction du système immunitaire, souvent liée à une infection.

    QU’EST-CE QUE LES LYMPHOCYTES ?

    Fabriqués dans la moelle osseuse, les lymphocytes B, T et NK sont des globules blancs qui ont pour fonction d’identifier et de lutter contre les organismes étrangers et les cellules anormales ou cancéreuses. Les lymphocytes agissent de façon concertée. Il existe toute une gamme de lymphocytes B et de lymphocytes T.

    LES LYMPHOCYTES B ET LES ANTICORPS

    Les lymphocytes B ont pour fonction première la fabrication des anticorps. Ces derniers circulent dans le sang et agissent contre les bactéries et certaines cellules cancéreuses. Le mode d’action des anticorps peut être comparé à celui de missiles biologiques à tête chercheuse, programmés pour attaquer uniquement les cellules portant l’antigène spécifique pris pour cible. L’organisme est alors en mesure d’identifier et d’éradiquer les substances étrangères. Toutefois, certains agents extérieurs peuvent échapper aux lymphocytes B en se développant à l’intérieur même des cellules de l’organisme. C’est à cette occasion qu’interviennent préférentiellement les lymphocytes T.

    LES LYMPHOCYTES T

    Certains lymphocytes T sont en mesure de reconnaître les cellules du corps infectées et de les détruire sans fabriquer d’anticorps. Ils aident aussi l’organisme à lutter contre les infections virales et à éliminer les cellules cancéreuses ou anormales. D’autres lymphocytes T collaborent avec les lymphocytes B et peuvent contrôler leur action, soit en l’augmentant, soit en la réduisant.

    LES LYMPHOCYTES B ET T TRANSFORMÉS EN CELLULES MÉMOIRES

    Quand un agent pathogène (c’est-à-dire capable de provoquer une maladie) est détruit, les lymphocytes B et les lymphocytes T qui ont survécu se transforment en cellules mémoires. Celles-ci "montent la garde" dans les ganglions lymphatiques. Elles seront réactivées en cas de nouveau contact avec un agent portant un antigène précédemment combattu. Ces cellules mémoires peuvent être comparées à des sentinelles toujours sur le qui-vive, empêchant tout agent pathogène déjà connu d’envahir notre corps.

    LES LYMPHOCYTES NK

    Comme les lymphocytes T, les lymphocytes NK peuvent détruire les cellules infectées ou anormales par contact direct, sans produire d’anticorps. Ils peuvent intervenir très rapidement et sécrètent également des substances appelées cytokines qui vont orienter l’action des lymphocytes T et B. Contrairement aux lymphocytes B et T, les lymphocytes NK ne se transforment pas en cellules mémoires.

    Les lymphocytes sont en mesure de détecter et de détruire les cellules cancéreuses. Cependant, celles-ci parviennent à développer des mécanismes qui rendent les lymphocytes inactifs contre elles. Les cellules cancéreuses échappent ainsi à l’action du système immunitaire. Lorsque les cellules du sang ou leurs précurseurs sont déréglés, on parle d’hémopathies malignes. Les lymphomes font partie de cette catégorie de cancers.

    COMMENT SE DÉVELOPPE UN LYMPHOME ?

    Un lymphome est un cancer du système immunitaire qui se développe quand une erreur survient au niveau de la fabrication des lymphocytes, conduisant à la production de cellules anormales. Celles-ci peuvent proliférer de deux manières : en se divisant plus vite et/ou en vivant plus longtemps que les lymphocytes normaux.

    Les lymphocytes cancéreux, comme les lymphocytes sains, peuvent se développer dans divers endroits de l’organisme, notamment dans les organes lymphoïdes comme les ganglions lymphatiques, la rate, la moelle osseuse, mais aussi dans tous les autres organes.

    Il existe deux principaux types de lymphomes :

    En France métropolitaine, les lymphomes représentent la moitié des hémopathies malignes et 6 % de l’ensemble des nouveaux cas de cancer. Ce sont les cinquièmes cancers les plus fréquents chez l’adulte, les troisièmes cancers les plus fréquents chez les enfants de moins de 14 ans et les cancers le plus souvent diagnostiqués chez les adolescents de 15 à 17 ans.

    LES LYMPHOMES NON HODGKINIENS EN QUELQUES MOTS

    Les lymphomes non hodgkiniens (LNH) sont des cancers qui affectent le système lymphatique ; ils ne forment pas une maladie unique, mais un groupe de nombreuses maladies étroitement liées. Bien que les différentes formes de LNH aient des points communs, en particulier leur origine lymphatique, elles diffèrent par l'apparence de leurs cellules quand elles sont observées au microscope, leurs caractéristiques immunologiques et moléculaires, leur mode de développement et leur impact sur l'organisme. Pour les patients, cela se traduit par des symptômes, une évolution et une réponse aux traitements qui seront différents selon la forme de LNH dont ils sont atteints.

    Pour en savoir plus, consulter la rubrique Comprendre les lymphomes non hodgkiniens.

    https://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Les-cancers/Le-lymphome-hodgkinien/Les-lymphomes-generalites

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Le glaucome est la première cause de cécité en France. Un million de personnes en souffre. A l’occasion de la Semaine Mondiale du Glaucome, l’UNADEV, l’Union Nationale des Aveugles et Déficients Visuels organise plusieurs campagnes de sensibilisation.

    Par La rédaction d'Allodocteurs.fr

     

     
          

     

    Cette dégénérescence progressive du nerf optique provoque une réduction du champ visuel et dans les cas les plus graves, la cécité. Pourtant, une consultation de quelques minutes suffit à dépister cette pathologie.

    "Le dépistage du glaucome c’est quelque chose de très simple, on regarde le nerf optique, on prend la pression oculaire, on mesure l’épaisseur de la cornée et on peut avoir une idée de l’absence ou de la présence de glaucome", indique le Pr Antoine Labbé, ophtalmologue à Hôpital Ambroise-Paré, dans les Hauts-de-Seine.

     

    Une maladie insidieuse

    Le dépistage est effectivement simple, mais encore faut-il consulter. Lorsque la maladie se déclare, la plupart des patients ne se doutent de rien.

    "Pendant une longue partie de la maladie, il n’y aucun symptôme ! Si on attend les symptômes il est trop tard, les symptômes apparaissent quand la perte atteint 20 à 30% du nerf optique", alerte le Pr Antoine Labbé.

    Un traitement pour ralentir l'évolution

    Lorsque les symptômes apparaissent, il est déjà trop tard pour que les traitements du glaucome, collyre, laser ou chirurgie, soient pleinement efficaces.

    " Le traitement ne va fait pas guérir ni récupérer. Il va ralentir l’évolution, pour préserver la fonction visuelle. Un patient bien suivi n’aura pas au cours de sa vie, de déficit visuel ", précise le Pr Antoine Labbé.

    A partir de 45 ans, il est conseillé de se faire dépister tous les deux ou trois ans. Faciliter la prévention, c’est l’objectif du « bus du glaucome ».

    Un bus pour dépister le glaucome

    Dans les Hauts-de-Seine, le “bus du Glaucome” a pris place à Boulogne Billancourt pour proposer des dépistages gratuits à partir d’aujourd’hui et ce, jusqu’à jeudi.

    "La plupart des gens qui n’ont pas de lunettes ne vont jamais à l’ophtalmologue. Et selon les régions, c’est long d’avoir un rendez-vous, il faut parfois six mois à un an. Alors pour beaucoup de gens, c’est l’opportunité d’être dépisté rapidement, gratuitement, ça permet d’être rassuré sur son état ", indique Michel Letourneau, formateur au service sensibilisation de l'Union Nationale des Aveugles et Déficients Visuels

    Cette unité mobile sillonne la France depuis dix ans. Chaque année, entre 4000 et 5000 personnes se font dépister. 

     https://www.allodocteurs.fr/maladies/yeux/glaucome/glaucome-limportance-du-depistage_30856.html#xtor=EPR-1000002224

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    ACTUALITÉ

    RENCONTRE AVEC NOTRE INFIRMIÈRE

     VOTRE ASSOCIATION TOUJOURS PLUS PROCHE DE VOUS !

     

    Le diabète est une maladie complexe qui n’est pas toujours facile à comprendre ni à maîtriser. Beaucoup de nouveaux traitements, de nouveaux systèmes de suivi de la glycémie sont aujourd’hui accessibles aux personnes diabétiques. Pour appréhender cette réalité, la personne diabétique a besoin d’être éduquée à sa maladie. C’est le rôle des infirmières spécialisées en diabétologie, actives en trajets de soins par exemple ou en encore au sein des conventions diabète.

    Parfois, des questions subsistent… Un soutien supplémentaire vous est dorénavant apporté par VOTRE Association, en complément à la prise en charge médicale et éducative assurée par les équipes soignantes. Mme Valérie Heuvelmans, infirmière spécialisée en diabétologie, sera l’interlocutrice de première ligne pour toutes les questions de nos membres relatives au diabète, ses traitements et les nouvelles technologies en lien avec le contrôle et le suivi de la glycémie.

     

    https://www.diabete.be/actualites-et-agenda-6/actualite-196/rencontre-avec-notre-infirmiere-484#gsc.tab=0

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Qu'est-ce que l'érysipèle ?

    L'érysipèle est une infection de la peau relativement fréquente 1,2 causée par une bactérie, le plus souvent un streptocoque bêta hémolytique du groupe A. Cette inflammation aiguë touche surtout les adultes de plus de 40 ans et les personnes âgées, mais rarement les enfants. Son incidence, qui augmente avec l'âge, serait de 10 à 100 cas pour 100 000 habitants 1,2.

    Les causes et les facteurs de risque

    L’érysipèle est dû à la famille de bactéries des  streptocoques. Cette infection cutanée peut être contagieuse : elle se transmet à la faveur d'une "porte d'entrée" qui permet aux bactéries de traverser la barrière cutanée. Le plus souvent, cette porte d'entrée est favorisée par la peau est abîmée :

    • Une blessure (chirurgie,  ulcère, coupure...) ;
    • Une  mycose ;
    • Une  dermatose ;
    • Un œdème chronique ;
    • Parfois, juste une petite plaie pouvant passer inaperçue comme une  piqûre d'insecte.

    L'érysipèle de jambe, en particulier, est favorisé par une  insuffisance veino-lymphatique, notamment un lymphœdème, et la présence d'un  intertrigo (61 % des cas), d'une plaie (35 %) ou d'un ulcère (14 %) 1,3.

    Certaines pathologies ( immunodépressiondiabètealcoolismetabagisme...) sont parfois désignées comme facteurs de risque. Cependant, les analyses cas-témoins ne retrouvent pas de lien. "Il s'agit davantage de situations favorisant les facteurs de risque précédemment cités", commente le Pr Chosidow. 

    Les symptômes de l'érysipèle

    L'érysipèle se manifeste brutalement par : 

    • Une fièvre élevée accompagnée généralement de frissons ;
    • Une plaque rouge luisante, chaude, enflée et douloureuse.

    Dans plus de 85 % des cas, la maladie touche les membres inférieurs (pieds, chevilles, jambes...) 2. Elle peut aussi être localisée au visage, aux membres supérieurs, à la poitrine, aux abdominaux... et parfois même aux organes génitaux. Les ganglions proches de la zone touchée peuvent aussi augmenter de volume.

    "Sous sa forme la plus fréquente, caractéristique, l'érysipèle est parfois qualifié de syndrome de la grosse jambe rouge aiguë fébrile", remarque le Pr Olivier Chosidow, chef du service de dermatologie à l'hôpital Henri-Mondor de Créteil. 3

    Le diagnostic de l'érysipèle

    Son diagnostic ne nécessite aucun examen complémentaire particulier. Les symptômes caractéristiques de l'érysipèle suffisent à établir le diagnostic. Toutefois, les facteurs favorisants doivent obligatoirement être recherchésUne analyse de sang peut également être prescrite pour constater ou non une augmentation des globules blancs et de la protéine CRP.

    Le traitement de l'érysipèle : antibiotique et repos

    Les infections à streptocoque peuvent faire des ravages en cas de négligence et conduire à une  septicémie sur le long terme. C'est pourquoi l'érysipèle doit être traitée efficacement et le plus rapidement possible. 

    Le plus souvent, l'érysipèle guérit facilement grâce à un traitement par antibiotiques prescrits durant une quinzaine de jours, en général de la  pénicilline (amoxicilline), parfois la pristinamycine (Pyostacine®) lorsque la personne est allergique aux premières. Le Pr Chosidow détaille : "Le traitement débute par une phase d'attaque de six jours maximum, avec 50 mg/kg d'amoxicilline ou 3 g de pristinamycine, répartis en trois prises quotidiennes. Suit ensuite une phase d'entretien où les doses sont réduites d'environ un tiers."

    D'autres médicaments peuvent être prescrits pour diminuer les douleurs et la fièvre comme du paracétamol, ainsi que des anticoagulants en cas d'insuffisance veineuse. Dans tous les cas, il est vivement conseillé de se reposer, idéalement de rester au lit

    La présence de certains facteurs de risque ou de signes de gravité peut nécessiter une hospitalisation avec, parfois, l'administration d'antibiotiques par voie intraveineuse en phase d'attaque. 

    À noter : malgré l'inflammation, les  anti-inflammatoires non stéroïdiens (aspirine, ibuprofène, kétoprofène...) et les corticoïdes sont contre-indiqués. "Ils masquent les symptômes, risquant de retarder le diagnostic, et sont suspectés de favoriser les complications", justifie le médecin.

    L'érysipèle récidivante : comment la prévenir ?

    L'amélioration survient deux à trois jours après l'instauration de l'antibiothérapie et la guérison après dix à quinze jours. "Cependant, chez 12 % des patients, l'érysipèle récidive dans les six mois et chez 30 % dans les trois ans, avertit le Pr Chosidow. "Une fois la porte d'entrée repérée et traitée, il est indispensable de soigner l'état de la peau, tout en prenant en charge les facteurs de risque, qui sont les mêmes que pour un premier épisode. "

     

    Doctissimo 

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • L’image contient peut-être : texte qui dit ’FreeStyle ට Abbott RETRAIT DES LINGETTES IMBIBÉES D'ALCOOL DE NOS BOITES DE CAPTEUR FREESTYLE LIBRE’

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Potage aux légumes et poulet

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire
  • L'ail blanc et l'ail violet sont capables de passer l'hiver dehors. Leur plantation a lieu entre les mois d'octobre et de novembre dans un sol bien drainée et ensoleillé. 

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    2 commentaires
  • Illustration. Centre Européen de la recherche sur le diabète. Le 15 11 06

    Illustration. Centre Européen de la recherche sur le diabète. Le 15 11 06 — G . VARELA / 20 MINUTE

     

    INNOVATION  :

    Ce centre est le seul de France à permettre le suivi des patients, de l'enfance à l'âge adulte, sans passage à l'hôpital

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Le poisson

    Le poisson est riche en protéines, en tryptophane et en vitamine B6. Si les protéines sont à limiter au dîner car elles sont difficiles à digérer, les tryptophanes sont à privilégier pour tomber plus facilement dans les bras de Morphée.

    Les sardines font partie des poissons qui contiennent le plus de tryptophane.

     

    Les champignons

    Les champignons

    Les champignons sont très riches en potassium à raison de 318 mg au 100 g.

    Le potassium régule les contractions musculaires. Une carence en potassium peut être à l’origine des insomnies et réveils nocturnes, notamment en causant des crampes.

    Les champignons sont donc à mettre au menu le soir, qu’ils soient crus ou cuits.

     

    Les amandes

    Les amandes

    La richesse en magnésium des amandes contribue à abaisser le niveau d’anxiété.

    Elles préparent ainsi l’organisme au sommeil.

    En revanche, comme elles sont très énergétiques, elles sont à consommer en quantités raisonnables, car l’organisme a besoin d’un apport calorique moindre au coucher.

     

     

    Les artichauts 

    L’artichaut

     

     

    L’artichaut contient du brome.

    Le brome est un composant chimique ayant un effet sédatif sur le système nerveux. Il faciliterait ainsi le sommeil des personnes anxieuses.

    On le trouve également dans la pomme, le melon, l’asperge, la fraise, l’ail, la carotte, le poireau, le raisin et la figue.

     

    Des céréales

     

    Des céréales

     

     

    Le bol de céréales, s’il est bien composé, regorge d’aliments propices au sommeil. Une pomme coupée en morceaux, des céréales complètes riches en amidon qui favorise la production de sérotonine, du miel et une poignée d’amandes ou de noix sera le cocktail idéal pour une nuit reposante et revigorante.

    Les céréales sont à choisir les moins sucrées possibles pour éviter un apport calorique trop important.

     

    La tisane

    Les tisanes ont un effet calmant et préparent au sommeil si les plantes sont bien choisies.

    La camomille, la fleur d’oranger, la verveine, la passiflore et la valériane sont des plantes et des fleurs réputées pour leurs propriétés sédatives qui préparent au sommeil. 

    Il est recommandé d'en boire une tasse 30 minutes avant le coucher.

    Audrey Dulieux

     

     

    La tisane

    https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=10-aliments-lutter-troubles-sommeil-la-tisane

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire
  • Bien que Endométriose soit une maladie qui concerne 1 femme sur 10, six années s’écoulent en moyenne entre la première consultation et le diagnostic, auxquelles s’ajoute 1 an en moyenne entre les premiers symptômes et la première consultation.

    Endométriose : une enquête sur le parcours douloureux des femmes 

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Je suis Stéphanie, j’ai 42 ans et je suis infirmière. Je vis avec un diabète de type 1 depuis 27 ans, et je suis également maman d’un enfant vivant avec DID depuis 2017.

     

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Un paquet de 400g de Banania équivaut à 46 morceaux de sucre rectangulaires. De quoi construire une pyramide plus haute que le paquet lui-même !

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Changement d'heure 2020 : heure d'été en mars - heure d'hiver en ...

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Pandémie COVID-19, l'analyse générale de l'AIMSIB - AIMSIB

     

    Coronavirus : un magasin de bière belge fait une drôle de promo ...

     

     

    Bretagne : épidémie de dessins et photos humoristiques sur le ...

     

     

     

     

    Quand Titeuf fait de la prévention contre le coronavirus (vidéo ...

     

    Coronavirus: Milan-Sanremo s'est roulée virtuellement avec plus de ...

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires