• Protégez votre peau contre l'hiver

    28 novembre 2013 - Auteur : Leen Baekelandt

    Il nous arrive d'oublier que l'hiver réclame une protection particulière de la peau. Dartres, lèvres gercées, mains crevassées,... voici comment les éviter et les traiter.

    Contenu :

    - L'hiver : sec et froid
    - La couperose
    - Les crevasses aux mains et aux pieds
    - Les lèvres gercées
    - Les engelures

    La tentation est grande d'utiliser, été comme hiver, les mêmes crèmes et produits pour soigner la peau. Or, en été, notre peau a besoin d'une crème hydratante qui la laisse bien respirer, alors qu'en hiver elle réclame une crème protectrice plus grasse. Ceci s'explique par la structure de la peau.

    La peau dresse une barrière essentielle entre notre organisme et les agressions extérieures que sont la lumière solaire, les substances nocives, les bactéries, les moisissures,... Entre autres.

    DES SOINS BIEN PARTICULIERS

    La peau doit régulièrement être nettoyée afin d'éliminer la saleté, les cellules mortes, les bactéries et les résidus de produits cosmétiques. Sur ce plan-là, l'eau ne suffit pas car elle n'évacue pas les particules de graisse. L'eau élimine en outre les particules hydrophiles de la peau, qu'elle assèche, ce qui n'est pas le but recherché.

    En conséquence, notre corps a besoin d'un agent nettoyant supplémentaire, qui ne perturbe pas trop l'écran protecteur du film hydrolipidique ni le manteau acide.

    Notre peau doit en plus être hydratée en suffisance. Pour ce faire, il faut boire de l'eau (1,5 à 2 l par jour) et utiliser régulièrement un produit hydratant. Avec l'âge une hydratation adéquate devient encore plus importante. Pour le corps, l'usage quotidien d'un lait corporel après la douche ou le bain est indiqué mais le visage et le cou réclament des soins particuliers. Ils doivent être nourris d'une crème de jour (huile dans eau) pendant la journée et d'une crème de nuit (eau dans huile) pendant la nuit. Les crèmes de nuit sont plus grasses, plus nourrissantes et hydratent plus durablement que les crèmes de jour

    Lire la suite http://plusmagazine.levif.be/fr/011-465-Protegez-votre-peau-contre-l-hiver.html

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Les fromages de chèvre et de brebis en Wallonie

     

    A la découverte des fromages de chèvre et de brebis fermiers de Wallonie

    Encore trop méconnus dans notre région, de nombreux producteurs de fromages de chèvre et de fromages de brebis fermiers exercent aujourd'hui leur talent en Wallonie !
    Laissez-vous tenter par leur découverte !

    Fromages fermiers : les atouts du lait cru

    La supériorité organoleptique des fromages au lait cru n'est plus à démontrer. La diversité de la flore du lait cru est en effet à l'origine d'une grande variété de molécules aromatiques, elles-mêmes à l'origine de la diversité et de la richesse sensorielle des fromages au lait cru.

    Les atouts santé du lait cru sont également nombreux : lutte contre l'asthme, les allergies, renforcement du système immunitaire,...

    Fromages de chèvre

    Alliant qualités gustatives et digestives, le lait de chèvre confère aux fromages un mélange de parfums et d'arômes, à la base de cette saveur subtile propre aux produits caprins.

    En pâte molle ou pâte pressée, frais ou affiné, nature ou arômatisé, bûches, pyramides ou cendrés... des fromages d'une diversité haute en saveurs... le savoir faire fermier et artsanal wallon !

    Fromages de brebis

    Issu du pâturage des brebis, le lait de celles-ci se caractérise par son goût doux, riche et légèrement scré, et ses propriétés nutritionnelles particulières.

    Le fromage de brebis : frais ou affiné, doux ou typé, toujours savoureux !

    Recettes à base de fromage de chèvre ou de brebis

    Le fromage de chèvre ou de brebis est un ingrédient idéal à incorporer dans vos préparations.

    Les producteurs vous suggèrent des idées de recettes à base de fromage de chèvre ou de brebis, qui prendront place à merveille dans votre menu, que ce soit en entrée, en plat principal ou même en dessert.

    Liste des producteurs

    Recettes proposées par les producteurs

    http://www.apaqw.be/page.asp?id=1061Les fromages de chèvre et de brebis de Wallonie

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Le consommateur européen ne lit pas les étiquettes!

    Le projet FLABEL (Food Labelling to Advance to Better Education for Life) est le premier programme de recherche financé par l’UE à se pencher pendant 3 ans sur l’étude de l’étiquetage des aliments. Arrivé à son terme, il livre ses enseignements pour améliorer la lecture par le consommateur. 

    Coordonné par le Conseil européen d’informations alimentaires (EUFIC), le projet FLABEL a fourni une recherche scientifique de pointe sur le comportement du consommateur et les étiquettes alimentaires. Les scientifiques se sont penchés sur l’étiquetage alimentaire de 37.000 produits en Europe.

    Le verdict est édifiant: bien que les consommateurs pouvaient comprendre les informations présentes sur les étiquettes alimentaires, celles-ci n’influençaient que très peu leurs décisions d’achat.

    Les résultats du projet ont montré par ailleurs que le consommateur moyen passe entre 25 et 100 millisecondes à inspecter les étiquettes alimentaires, un laps de temps bien évidemment trop court pour que les informations soient traitées de façon appropriée! Autre enseignement: la motivation du consommateur est importante. Si un objectif de santé est valorisé sur l’emballage, il prêtera alors davantage attention aux informations alimentaires. Les allégations de santé ont donc un avenir!

    D’après les données FLABEL, l’option la plus encourageante pour accroître l’attention des consommateurs sur les étiquettes alimentaires serait de fournir des informations cohérentes sur les principaux éléments nutritifs et l’énergie à l’avant de l’emballage, ainsi que l’utilisation d’un logo aisément reconnaissable pour le consommateur pressé.

    Une autre étude, publiée dans la revue Appetite, montre que la mention «pauvre en graisse» exerce un attrait particulièrement puissant. Le consommateur y assimile un produit plus sain, alors que la seule mention des calories, elle, change finalement peu la perception.

    Les résultats de FLABEL sont désormais utilisés pour développer des lignes directrices sur l’utilisation de l’étiquetage alimentaire pour la politique de l’UE et l’industrie alimentaire.

     

    Plus d’informations sur le site de FLABEL

     

    Cordis Actualités, Communiqué de presse, 10 juin 2013. Ebneter D.S. et al., Appetite, Volume 68, 1 September 2013, Pages 92–97.

    http://www.foodinaction.com/le-consommateur-europen-ne-lit-pas-les-tiquettes/

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Le diabète non insulino-dépendant ou diabète de type 2

    Qu'est-ce que c'est ?

    Appelé également diabète gras ou de la maturité, le diabète non insulino-dépendant (DNID) est une maladie métabolique caractérisée par un excès chronique de sucre dans le sang (hyperglycémie).

    La régulation du taux de sucre (glycémie) dans l'organisme fait intervenir :

    • Les apports de sucre (essentiellement par l'alimentation) ;
    • La fabrication "interne" de sucre (essentiellement par le foie) ;
    • L'utilisation périphérique du sucre au niveau des cellules : l'insuline, hormone fabriquée par le pancréas, permet alors aux cellules de capter et utiliser le glucose.

    Dans le DNID, il existe une mauvaise régulation de ce système, avec le plus souvent un état d'insulino-résistance : pour maintenir un taux de sucre constant, l'organisme a besoin de plus d'insuline, car celle-ci devient moins efficace. A terme, même de grandes quantités d'insuline ne suffisent plus à utiliser le glucose circulant qui s'accumule dans le sang : c'est l'hyperglycémie. Finalement, le pancréas se fatigue de cette stimulation permanente et peut alors ne plus fabriquer suffisamment d'insuline : c'est l'insulino-nécessitance.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Lucien Neuwirth est mort : avec lui, les femmes sont devenues « objets de volupté stérile »

     

    http://www.laicite-republique.org/avec-lucien-neuwirth-les-femmes.html

     

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • La vitamine C est nécessaire à la synthèse des vaisseaux sanguins et des muscles. Elle favorise l'absorption du fer présent dans les aliments. Elle intervient dans plusieurs mécanismes hormonaux. Elle joue également un rôle dans l'élimination des substances toxiques. Enfin, elle a des propriétés anti-oxydantes, c'est-à-dire qu'elle limite les effets néfastes des radicaux libres.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • La souffrance psychique peut être douloureuse, mais elle n’a pas que des inconvénients. Elle donne des avantages matériels et affectifs, éveille l’attention de l’autre et offre un statut. C’est pourquoi la psychanalyse fait peur. A tort, selon le freudien français Patrick Delaroche.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Selon le neurologue David Pelmutter, les céréales seraient mauvaises pour la santé.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Beaucoup d’entre nous ne mangent pas une pomme comme il le devrait. Voici comment on mange le fruit défendu trognon compris.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • La grippe est plus dangereuse en cas de diabète car, fragilisé par une maladie chronique, l'organisme est plus exposé aux complications de la grippe qui peuvent être parfois très graves. Mais la grippe augmente aussi le risque de déséquilibre du diabète. Explications.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • SCIENCES - SANTÉ Cette augmentation est essentiellement due au diabète de type 2 (le plus courant), lié à la sédentarité (manque d'activité physique), l'obésité et les changements d'alimentation (excès de boissons sucrées, de graisses, etc.).

     

     

    Le fardeau du diabète, qui tue une personne toutes les six secondes dans le monde, ne cesse de s'étendre: 382 millions de personnes en sont atteintes en 2013, et ce chiffre dépassera le demi-milliard d'ici 2035, selon la Fédération internationale du diabète (FID). En 2013, 382 millions de personnes sont atteintes de diabète sur la planète, soit 8,4% des adultes, et ce nombre devrait bondir à 592 millions d'ici à 2035, selon les dernières estimations de la fédération, qui a publié la 6e édition de son Atlas du diabète à l'occasion de la journée mondiale du diabète, le 14 novembre.

    La majorité a entre 40 et 59 ans et 80% d'entre eux vivent dans des pays à faibles ou moyens revenus, souligne la FID.

    Ce fléau a causé la mort de 5,1 millions personnes en 2103. Ainsi, "toutes les six secondes, une personne meurt du diabète", assènent les experts de cette organisation non gouvernementale fondée en 1950, qui regroupe plus de 200 associations de 160 pays.

    La hausse continuelle des cas de diabète dans le monde est un signe que "la bataille pour préserver les populations du diabète et de ses complications invalidantes et potentiellement mortelles est en train d'être perdue", s'alarment les experts.

    Ils estiment à 175 millions (46% du total) le nombre de diabétiques actuellement non diagnostiqués, qui dans l'ignorance de leur maladie évoluent vers ses complications (cécité, amputations, atteinte rénale, accidents cardiovasculaires...).

    Cette augmentation est essentiellement due au diabète de type 2 (le plus courant), lié à la sédentarité (manque d'activité physique), l'obésité et les changements d'alimentation (excès de boissons sucrées, de graisses, etc.).

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Accouchement : les forceps remplacés par un sac plastique !

     

    11 % des accouchements nécessitent le recours aux forceps et 20 % une césarienne. Et si les choses changeaient 

    Un mécanicien argentin, Jorge Odon, a mis au point un dispositif composé d'un sac en polyéthylène gonflable qui pourrait remplacer l'utilisation de forceps, voire de la césarienne lors des accouchements difficiles.

    L'OMS soutient ce dispositif

    Ce dispositif se glisse dans l'utérus grâce à un manche qui le fixe autour de la tête du foetus. Ensuite, le sac se gonfle, saisit la tête pour faciliter la sortie du nouveau-né par le canal vaginal.

    Déjà testé sur une trentaine de femmes, l'Organisation Mondiale pour la Santé soutient ce dispositif. Alors qu'il est depuis un mois en pré-production, il pourrait remplacer les forceps et limiter le risque de césarienne. Notamment dans les pays en voie de développement où certaines régions ne disposent pas de suffisamment de matériels et de personnels médicaux pour réaliser une césarienne.

    Une prévention contre le sida

    Ce dispositif peut aussi être intéressant pour prévenir le risque de transmission du virus du sida lors de l'accouchement.

    Il ne reste plus qu'à le produire en quantité industrielle et à former les sages-femmes à son utilisation.

    AUTEUR: 
     
    Véronique Bertrand
     
    Publié le 19.11.2013
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Qu’est-ce que l’épilepsie ?

    Elle est l'expression d'un fonctionnement anormal, aigu et transitoire de l'activité électrique du cerveau qui se traduit par des crises épileptiques appelées aussi crises comitiales. Lorsqu'une crise reste unique, on ne parle pas d'épilepsie. L'épilepsie se définit par la répétition des crises pendant un certain temps de la vie d'un individu. Compte tenu des multiples formes d'expression des crises et de leur évolution, il n'y a pas une mais des épilepsies.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Forme primaire de la Maladie de Raynaud

    La forme primaire de la maladie de Raynaud est fréquente et généralement bénigne. En revanche, le syndrome de Raynaud, surtout quand il apparaît dans le cadre d’une maladie auto-immune comme la sclérodermie, est souvent plus grave et peut devenir handicapant. Un diagnostic précis est donc nécessaire.

    Si une personne est touchée par la maladie de Raynaud de façon tardive, c'est-à-dire que les symptômes apparaissent après l’âge de 30 ans il faut être vigilant. Si un des critères ci-dessous s’applique, une consultation avec un rhumatologue ou un spécialiste en médecine vasculaire est essentielle :

    • pas d’antécédents familiaux de maladie de Raynaud,
    • cas de maladies auto-immunes dans la famille,

    Au cours de la consultation, en plus d’un examen physique et de tests sanguins, le spécialiste fait un examen simple et non invasif appelé capillaroscopie. En utilisant un microscope pour examiner les vaisseaux et les capillaires (petites artères microscopiques) des doigts ou des orteils, le médecin peut faire la distinction entre la maladie de Raynaud et le syndrome de Raynaud.

    Ces épisodes peuvent durer de quelques minutes à quelques heures. Cependant les mains peuvent rester en permanence froides, blanches ou bleues, spécialement lors d'une exposition au froid. Le phénomène de Raynaud atteint le plus souvent les deux mains en excluant la plupart du temps les pouces, mais il peut aussi concerner les pieds, le nez et les oreilles. Environ 90 à 95 % des malades sclérodermiques peuvent en être atteints.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • La macrosomie foetale

    Un bébé est dit macrosome lorsqu'il pèse plus de 4 kilos à terme. Environ 5 % des bébés à la naissance sont concernés par une macrosomie foetale. Celle-ci peut entraîner des difficultés à la naissance, dont la dystocie des épaules.

    Le dépistage de la macrosomie foetale est fait lors des examens cliniques et surtout des échographies, avec l'association de 3 mesures : diamètre bipariétal (BIP), diamètre abdominal transverse (DAT), fémur.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Les facteurs de risque propres aux femmes

    En matière de maladies cardiovasculaires, les hommes et les femmes ne sont pas égaux. Les risques de développer un problème sont en effet plus élevés chez la gent masculine. Mais au-delà de cette inégalité controversée, des risques spécifiquement féminins existent. Découvrez-les pour mieux les éviter !

    Parce qu'ils apparaissent en moyenne 10 ans plus tard chez les femmes que chez les hommes, on a longtemps cru le beau sexe épargné par les problèmes cardiovasculaires1. Pourtant, différentes études ont permis d'identifier des facteurs de risques unisexes ainsi que des dangers spécifiquement féminins2,3.

    Les facteurs de risque généraux

    Cholestérol : Lorsqu'il est en excès, le cholestérol peut se déposer sur les parois des artères, formant des plaques graisseuses qui peuvent s'épaissir au fil du temps (plaques d'athérome). Si le calibre des artères est réduit, le sang circule plus mal et des caillots peuvent se former (risque d'angine de poitrine, de mort subite, d'accidents vasculaires cérébraux, d'artérite, etc.). Pour en savoir plus, découvrez notre animation "Cholestérol et attaques cardiaques" ;

    Hypertension artérielle : La tension artérielle traduit la pression que doit exercer le coeur pour propulser le sang dans l'ensemble du corps. Lorsque cette pression est trop importante, on parle d'hypertension. Tout comme pour le cholestérol, l'ensemble des artères est atteint. Le dépôt de graisse sur leur paroi est favorisé et le coeur prématurément fatigué peut devenir moins performant (insuffisance cardiaque) ;

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Pourquoi faire appel à
    Maladies Rares Info Services ?

    Une équipe de professionnels répond à toutes vos questions sur les maladies rares ou orphelines. Cette équipe est composée de médecins et de scientifiques spécialisés dans les maladies rares. Ils vous apportent une réponse claire, simple et fiable à vos interrogations concernant :

    • la compréhension d’une maladie rare ou orpheline;
    • les services médicaux spécialisés;
    • la rencontre d’autres personnes concernées ;
    • la recherche;
    • la prise en charge sociale et l’aide à la vie quotidienne;
    • tout autre sujet que vous souhaitez évoquer.

    Vous pouvez vous exprimer librement et être écouté(e) au cours d’une conversation où votre anonymat est respecté. Pour nous appeler, nous vous proposons deux solutions :

    • Le numéro 01 56 53 81 36 : il offre l'avantage d'être inclus dans les forfaits de portable et de téléphone fixe. Hors forfait, le coût est celui d'un appel banalisé (tarif minimal - non surtaxé) depuis un poste fixe.
    • Le numéro Azur 0 810 63 19 20 : le coût est celui d'un appel banalisé depuis un poste fixe quand vous ne disposez pas d'un abonnement avec forfait.

    Retrouvez ci-dessous la liste des maladies qui font l'objet de discussions sur le Forum maladies rares. Si celle qui vous intéresse n'apparaît pas, vous pouvez demander qu'un forum lui soit consacré. Des thèmes généraux sont également proposés : l'absence de diagnostic, maladie rare et vie professionnelle, etc...http://www.maladiesraresinfo.org/

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    2 commentaires
  • Qu’est-ce qu’une maladie rare ?

    Les maladies orphelines constituent une véritable nébuleuse de pathologies mystérieuses. Mais qu’appelle-t-on exactement une maladie rare ? Où trouver de l’information ? Combien de patients sont concernés ?… Découvrez l’essentiel sur ces maladies trop souvent ignorées.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Peut-on prévenir l'ostéoporose par l'alimentation ?

    L'ostéoporose, cette maladie de l'os qui provoque une diminution de sa résistance, est favorisée par une alimentation déséquilibrée ou pauvre en calcium, en protéines et en vitamine D.

     

    Ostéoporose et alimentationPour éviter l’ostéoporose, les apports en calcium de l’alimentation doivent couvrir les besoins. Ceux-ci sont particulièrement élevés à l'adolescence, au moment de la constitution du capital osseux, et chez les femmes en période de ménopause, pour pallier la déminéralisation osseuse.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire