• Au laboratoire, des chercheurs italiens ont stimulé les performances cognitives et la mémoire de souris grâce à la stimulation transcrânienne à courant direct (tDCS). L'Homme pourra-t-il lui aussi améliorer ses capacités intellectuelles par l'électrostimulation ?

     

    L’électrostimulation permet une meilleure plasticité cérébrale, d’où une amélioration de la mémoire et des apprentissages. © polygraphus, Shutterstock

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Credits Shutterstock Denys Prykhodov

    Credits Shutterstock Denys Prykhodov

    Le marché de la m-santé ou m-health représente une nouvelle et vaste opportunité à la confluence des industrie de la santé, de l’électronique grand public, du mobile et du logiciel mais aussi par l’implication des gouvernements sur la question des dossiers médicaux électroniques.

     

    Etude Juniper research les différents segments du marché de la m-health m-santé

    Le vieillissement de la population, l'accroissement des besoins d’assistance à domicile  et de médicalisation à distance vont entraîner dans les prochaines années un développement accéléré des services de m-santé et la montée en puissance de la coordination de divers services publics et privés (laboratoires, hôpitaux, administration, fournisseurs informatiques) autour de la notion d’ Accountable Care ou soins responsables.

    Les maladies chroniques, l’arythmie cardiaque, le diabète et les insuffisances rénales peuvent désormais être surveillées à distance. La surveillance mobile des maladies chroniques devrait concerner 1,4 millions de personnes dans le monde à l’horizon 2020 contre 400.000 aujourd’hui. Un marché limité pour l’instant aux pays développés.

    A ce stade, plusieurs obstacles majeurs demeurent comme la fiabilité des datas, les normes et l’homologation des différentes administrations.

    Selon la dernière étude de Juniper Research, le nombre d’utilisateurs de m-santé (M-Health) passera de 50 millions en 2015 à 157 millions dans le monde en 2020.

    Le cas des pays émergents

    Dans les pays émergents, plusieurs fournisseurs de service préparent de vastes initiatives liées au traitement des maladies infectieuses et à la prévention de la mortalité infantile.

    L’augmentation de l’usage de m-santé sera également lié à l’adoption croissante des systèmes de IVR (Interactive Voice Response),  des messageries, Apps et SMS par les patients.

    Le rapport souligne les initiatives telles celles de la Motech Foundation destinée à éduquer la population et favoriser la médecine préventive sur les sujets du contrôle des naissance et des grossesses.

    D’autres organisations favorisent le crowdsourcing afin de délivrer informations et messages préventifs. Juniper cite notamment le cas du challenge Unicef Wearables For Good et de Khushi Baby, le collier connecté réceptacle des informations médicales du patient et le succès croissant de Mobile Medic dans les pays émergents.

    La croissance des services d’information de m-santé est pour l’instant limitée en raison de fortes barrières commerciales dans les pays émergents.

    A ce stade, souligne Juniper, la plupart des services sont financés par de grands donateurs et seule une minorité de services tel Wazazi Nipendeni en Tanzanie présentent des business models durables.


    En savoir plus sur https://viuz.com/2016/02/23/150-millions-dutilisateurs-pour-les-services-de-m-sante-en-2020/#CE5juoElXZfdOxJD.99

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    22.02.2016L’insuline reste inaccessible à beaucoup de diabétiques à travers le monde

    image

    The Lancet Diabets & Endocrinology publie une étude menée par des chercheurs des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et de l’Université de Genève (UNIGE), en collaboration avec Health Action International et la Boston University School of Public Health. Celle-ci traite de la difficulté d’accès à l’insuline dans le monde dont le prix reste encore trop élevé. Cette étude a pour objectif de mieux en comprendre les raisons et de permettre aux pays de développer des solutions pour pallier ce problème.

    L’insuline est un produit vital pour toutes les personnes souffrant d’un diabète de type 1 et pour une partie des patients atteints d’un diabète de type 2. Pourtant, plus de 90 ans après la découverte du rôle de l’insuline dans le traitement de cette maladie, le médicament reste très cher et n’est pas toujours à la portée des diabétiques qui en ont besoin. Son accès reste un défi autant dans les pays à hauts revenus, où le médicament peut atteindre 400 dollars, que dans les pays à revenus modestes, comme en Afrique sub-saharienne où l’espérance de vie d’un enfant atteint du diabète de type 1 n’est que d’une année.

    Les causes du prix élevé de l’insuline
    David Beran (Département de santé et médecine communautaires de la Faculté de médecine de l’UNIGE et Service de médecine tropicale et humanitaire des HUG) et ses collègues, auteurs de l’étude intitulée « Addressing the Challenge and Constraints of Insulin Sources and Supply », mettent en évidence plusieurs causes qui peuvent expliquer ce phénomène. La première est que le marché de l’insuline est dominé par trois multinationales, ce qui réduit le mécanisme de concurrence des prix. De plus, l’étude souligne que la propriété intellectuelle ne limite pas directement l’accès au marché : plus de la moitié des brevets en vigueur sont liés aux stylos d’injection et non à l’insuline elle-même. Par ailleurs, le long processus réglementaire, ainsi que le nombre de procédures à respecter pour parvenir à fabriquer des génériques ou des biosimilaires, contribuent à la hausse du prix de l’insuline et dissuadent les nouveaux acteurs d’entrer sur le marché. Enfin, depuis une dizaine d’années, on note une tendance à utiliser de plus en plus d’insuline synthétique, au lieu des insulines humaines et animales, ce qui induit une hausse des prix. En 2000, l’insuline de synthèse représentait 12% de la consommation totale alors qu’en 2010, elle atteignait 85%.

    Les auteurs soulignent également l’inégalité des politiques nationales de santé en la matière, puisque certains pays émergents parviennent à mettre gratuitement l’insuline à disposition de leur population, tandis que d’autres la vendent à des prix élevés.

    Recommandations des auteurs
    Le problème de l’accès à l’insuline requiert une intervention propre à chaque pays. Celle-ci peut passer par des investissements dans l’innovation en matière d’injection et de soins, par l’inclusion de l’insuline dans les prestations de base de la couverture maladie universelle, par le développement d’un cadre réglementaire pour la fabrication de génériques ou encore par la promotion de l’insuline humaine comme alternative à l’insuline de synthèse.

    Pour plus d’informations sur l’étude :
    Lien vers la publication de The Lancet Diabets & Endocrinology: http://press.thelancet.com/insulin.pdf
    Lien vers l’interview de l’auteur David Beran (HUG/UNIGE) :
    http://press.thelancet.com/insulin_podcast.mp3

    Contact:
    HUG, Service de presse et relations publiques
    Nicolas de Saussure +41 22 372 60 06  / +41 79 553 60 07 
    UNIGE, Service de presse
    media@unige.ch; +41 22 379 77 96

     

    http://www.medecine.unige.ch/actualites/details/media.php?id=P2631

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Le pré-trajet diabète :

    • S’adresse aux patients avec un diabète de type 2 auxquels ne s’appliquent aucun trajet de soins ni aucune convention diabète
    • Son numéro de nomenclature 102852 ne change pas
    • Donne droit à une indemnisation annuelle de 20 EUR
    • Pas d’autres formalités à remplir si ce n’est les entretiens successifs avec le patient du protocole de soins et l'enregistrement des objectifs et des données cliniques et biologiques requises dans le DMG.
    • Il s’agit d’une prise en charge dès le diagnostic (glycémie = ou supérieure à 1,26 gr à jeun à deux reprises ou Hyperglycémie provoquée par voie orale pathologique) jusqu’au TDS ou convention

    Nb :  En 2017, une extraction automatique de ces valeurs anonymisées vers les banques de donnéesHealthData est prévue

     

    http://www.le-gbo.be/actualites/2016/02/01/passeport-diabete-disparait-1er-fevrier-2016-est-remplace-par-pre-trajet

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Ces substances que nous cachent... les frites McDonald's
     

    Pour une fois, il n’y a pas eu à creuser outre mesure : McDonalds assume plutôt bien que ses frites dépassent les trois ingrédients.

    Frites McDonalds : de vraies pommes de terre, et 17 additifs alimentaires

    Vous aviez peut-être lu notre article sur les substances cachées dans le Big Mac. De la même manière que les coulisses sur la fabrication du pain des Big Mac ont été révélées, des vidéos ont été tournée pour présentées les conditions de fabrication des frites. Rassurons tout de suite le lecteur : oui, elles contiennent bien de la pomme de terre mais, vous pouvez vous en douter, pas seulement.

    Une vidéo a particulièrement fait le buzz en janvier 2015, présentant les additifs alimentaires utilisés dans les pommes de terre frites de McDonald’s. Pour une fois, pas besoin de lire les petits caractères des emballages : l’entreprise assume pleinement tous les ingrédients. L’occasion pour nous de les passer en revue et de vous laisser juges.

    VIDEO PRIVEE  PAS D' IMAGE

    Une recette différente en France

    Une précision est importante : oui, le bad buzz est important, mais la recette varie selon les pays, suivant notamment les recommandations en terme de santé et les exigences des agences de surveillance de l’alimentation.

    McDonald’s France a par exemple vivement réagi aux différents articles pour expliquer par le biais d’un communiqué que leurs « frites sont fabriquées en France et à partir de pommes de terre 100 % d’origine française. Elles proviennent principalement du Nord et de l’Est de la France.« 

    La filiale française rappelle qu’ « aucun ajout d’agents de saveur, ni d’arômes artificiels, ni d’additifs d’origine animale, n’intervient dans la préparation de nos frites. Par ailleurs, l’huile de cuisson que nous utilisons dans nos restaurants et une huile végétale, composée de colza et de tournesol, qui garantit des frites savoureuses et croustillantes« .

     

    frites-mcdonalds-composition-additifs-alimentaires-02

    Elle reconnaît toutefois la présence d’additifs alimentaires, qu’elle justifie pour « assurer la qualité du champ au restaurant. Les additifs que nous utilisons font l’objet d’une évaluation stricte menée par les autorités scientifiques, et leur utilisation est autorisée par la Commission Européenne, conformément à la réglementation en vigueur. » Ce qu’autorise la Commission Européenne n’est pas forcément autorisé par les autorités américaines en matière d’alimentation, et inversement. Des additifs, donc, mais pas les mêmes. D’accord. On n’en saura pas plus sur la liste exacte, par contre.

    18 substances, heureusement pas toutes toxiques

    Il s’agit d’une vidéo promotionnelle, où Grant Imahara présente toute la liste des ingrédients, plus ou moins naturels. Voici la liste détaillée :

    Dans les frites elles-mêmes…

    1. des pommes de terre

    Super, nous voilà ravis : de la pomme de terre dans les frites.

    2. Huile de colza

    Pas de précision sur le type de culture.

    3. Huile de soja

    Pas de précision sur le type de culture.

    4. Huile de soja hydrogénée

    L’huile de soja hydrogénée et toutes les huiles hydrogénées ont fortement été remises en question cette année. Le processus permet à l’huile d’éviter un goût de beurre rance. Dans les faits, il s’agit de graisse trans, facteur d’obésité. On y associe d’autres maladies comme celles du coeur ou le diabète de type II.

    5. Arôme naturel de viande de boeuf

    Cela ravira les végétariens.

    6. Hydrolysats de protéines de blé

    Concrètement, ces substances, des isolats de blé, sont des agents liants et émulsifiants. On les trouve notamment dans les viandes reconstituées ou autres produits industriels.

    Cet ingrédient se retrouve aussi dans certains cosmétiques. A surveiller car l’allergie aux isolats de protéines de blé est de plus en plus courante.

    7. Hydrolysats de lait, protéines de lait

    De la même manière, l’allergie aux protéines du lait est plutôt courante.

    8. Acide citrique

    A la base, l’acide citrique est présent naturellement dans le corps humain, et dans le citron. On n’utilise cependant pas cette version. Le fameux E330 est très courant dans l’alimentation industrielle. On le prépare par fermentation fongique, bio-synthétisé par des moisissures. Pas très ragoûtant mais en plus, ces micro-organismes peuvent être OGM. On utilise pour cela du glucose ou de la mélasse, éventuellement d’origine transgénique. La signalisation n’est pas obligatoire (coucou Monsanto).

    9. Le polydiméthylsiloxane antioxydant

    Il s’agit d’un additif utilisé pour éviter le moussage de l’huile. On le trouve aussi dans les shampoings.

     

    frites-mcdonalds-composition-additifs-alimentaires-01

    10. La dextrose

    La dextrose est un sucre naturel, parfaitement assimilable par le corps. Dans les faits, elle permet de conserver la couleur des frites. Rien de dramatique mais un sucre caché.

    11. Le pyrophosphate de sodium

    Le pyrophosphate de sodium est un additif utilisé comme conservateur. On l’utilise aussi dans des détergents. Il est considéré comme sans danger mais il ne faut pas en abuser et on lui associe des problèmes digestifs.

    12. sel

    Et avec ce sel, est-ce qu’on vous met des frites ? !

    Pour la friture :

    On retrouve :

    13. l’huile de colza

    14. l’huile de maïs

    Éventuellement transgénique.

    15. l’huile de soja

    16. l’huile de soja hydrogénée

    17. le butylhydroquinone tertiaire (BHQT)

    On trouve aussi du butylhydroquinone tertiaire, un antioxydant. On le trouve aussi sous le numéro E319. La substance pure est considérée comme toxique mais les doses pour l’usage alimentaire sont supposées inoffensives.

    18. de l’acide citrique

    19. du dimethylpolysiloxane

    Cette huile de silicone n’est pas considérée comme toxique en petites quantités.

    A noter que la vidéo suit une première explication par le même représentant sur le processus de fabrication des frites :

     


    En savoir plus sur http://www.consoglobe.com/additifs-alimentaires-frites-mcdonalds-cg#FvVawBPQEhlblPw4.99

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Le sel -et pas seulement le sucre- joue un rôle dans le diabète, selon des chercheurs français qui sont parvenus à cette conclusion en travaillant sur la chirurgie de l'obésité.

     

    Le sel joue un rôle dans le diabète

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Le soleil émet trois types de rayons ultraviolets. Mais le verre n'en bloque qu'un.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • cheesecake-pomme-de-terre
    Un Cheesecake salé sans farine donc sans gluten à la mode espagnole…
    Une entrée idéale pour un repas qui va durer puisqu’elle contient des glucides: 15g par part.
    Pourra être suivi d’un plat principal plus léger. Ce Cheesecake aux pommes de terre et au Chorizo peut aussi s’accompagner d’une sauce tomate et de la quantité de pain nécessaire si l’on veut le présenter en plat principal.
    Idéal également pour une soirée tapas ( de mon coté avec des tartines de jambon ibérique Pata negra )

     

    RECETTE DE CHEESECAKE POMMES DE TERRE CHORIZO – SANS GLUTEN

    cake-chorizo

    • PRODUIT: 1 (4 Portions)
    • PRÉPARATION:  20 mins
    • CUISSON:  60 mins
    • PRÊT DANS:  1 hr 20 mins

    environ 60g de glucides soit 15g par part

    INGRÉDIENTS

    INSTRUCTIONS

    1. Cuire les pommes de terre et les écrase grossièrement avec 1 filet d'huile d'olive
    2. Battre les oeufs avec le fromage blanc et le mascarpone, ajouter le Riz d'or ( ou du safran) et mélanger l'ensemble avec la purée. Ajouter le chorizo et le poivron coupés en petits cubes.
    3. Mettre dans un moule à cake (petit format pour cette recette) et cuire au four à 170° entre 30 et 40mn ( vérifier la cuisson en enfonçant la pointe d'un couteau - il doit ressortir sec)

    http://www.recette-pour-diabetique.com/cheesecake-pommes-de-terre-chorizo-sans-gluten/

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Le fructose ajouté aux boissons et aux aliments inciterait à manger des aliments très caloriques.

     

    Le fructose attiserait la faim

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Terrains inondés, bâtiments délabrés, course aux subsides... En Wallonie comme à Bruxelles, des milliers de sportifs peinent à évoluer dans des conditions décentes. Derrière le discours du "sport pour tous", le fatalisme guette les plus téméraires.

     

    La misère du sport amateur francophone: "Ça devient infernal !"

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Depuis que les Baka ont été expulsés de force de leurs forêts, leur santé est en déclin. Ils vivent désormais en bordure de routes et sont fortement exposés à des maladies telles que la malaria.
    Depuis que les Baka ont été expulsés de force de leurs forêts, leur santé est en déclin. Ils vivent désormais en bordure de routes et sont fortement exposés à des maladies telles que la malaria.

    © Survival International

    Survival International, le mouvement mondial pour les droits des peuples indigènes, a déposé une plainte devant l’OCDE au sujet des activités soutenues par le WWF au Cameroun. L’organisation finance des brigades anti-braconnage qui ont commis de violents abus sur des membres de la communauté baka. Elle soutient également des zones protégées sur les territoires des Baka auxquelles ils sont interdits d’accès.

    C’est la première fois qu’une requête est présentée devant l’OCDE – Organisation de coopération et de développement économiques – à l’encontre d’une organisation de protection de la nature par le biais d’une procédure généralement réservée aux entreprises multinationales.

    La plainte reproche au WWF d’avoir été impliquée dans des actes de violence et dans la spoliation de terres de ‘Pygmées’ baka au Cameroun. Le WWF soutient des zones protégées auxquelles les Baka sont interdits d’accès ainsi que des brigades anti-braconnage. Ces dernières frappent et torturent depuis plus d’une décennie des femmes et des hommes baka, ainsi que d’autres membres de tribus des forêts tropicales.

    Les ‘Pygmées’ baka sont des chasseurs-cueilleurs qui vivent de manière durable depuis des générations dans les forêts tropicales d’Afrique centrale. L’importance qu’ils accordent à la forêt, en tant que refuge matériel et spirituel, source de leur religion, de leurs moyens d’existence, de leur pharmacopée et de leur identité culturelle ne peut être sous-estimée.

    Des Baka ont, à de nombreuses reprises, fait part à Survival des activités de ces brigades dans la région. Par exemple, en 2015, un Baka a rapporté : ‘Quand ils [les gardes forestiers] sont arrivés chez nous, nous dormions, ma femme et moi. Ils m’ont frappé avec une machette. Ils ont aussi frappé ma femme’.

    Avant de commencer ses activités au Cameroun, le WWF n’a pas pris en compte les conséquences qu’elles engendreraient sur les Baka. Par conséquent, l’organisation internationale de protection de la nature a contribué à de graves violations des droits humains. Elle a non seulement outrepassé la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones et les principes directeurs de l’OCDE concernant les droits humains mais également sa propre politique concernant les peuples indigènes. L’équipe juridique de Survival a donc décidé de déposer une plainte officielle.

    Depuis des générations, les Baka chassent et cueillent de manière raisonnée dans la forêt tropicale d'Afrique centrale.
    Depuis des générations, les Baka chassent et cueillent de manière raisonnée dans la forêt tropicale d'Afrique centrale.

    © Selcen Kucukustel/Atlas

    Aujourd’hui, l’exploitation forestière et minière ainsi que le trafic d’espèces protégées continuent. Ces activités inquiètent les peuples indigènes. Leurs territoires sont en train d’être détruits, alors même que l’accès à de grandes parties de ces terres leur est interdit au nom de la protection de la nature.

    ‘Ils laissent les éléphants mourir dans la forêt alors même qu’ils nous empêchent de manger’, a raconté un Baka à Survival en 2013.

    Survival International appelle à adopter une nouvelle approche de la protection de la nature qui respecte les droits des communautés indigènes. Ces dernières dépendent de leur environnement et le gèrent depuis des millénaires. Malgré cela, de grandes organisations de protection de la nature établissent des partenariats avec des agences de tourisme et des entreprises dont les activités nuisent aux peuples indigènes. Ils sont les meilleurs défenseurs de l’environnement et devraient donc être au coeur des politiques de protection de la nature.

    Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré : ‘Le WWF sait pertinemment que les gardes forestiers financés par ses sympathisants pour protéger la nature commettent de manière répétée de graves abus à l’encontre des Baka. Leurs terres ont été volées pour créer des zones protégées et certains d’entre eux ont même été torturés. Malgré cela, l’organisation s’est contentée de faire des déclarations publiques pour contrecarrer les critiques mais n’a pas mis fin à ces abus. Elle exhorte des entreprises à respecter les principes directeurs de l’OCDE alors même qu’elle les outrepasse constamment. Cela fait des décennies que les droits humains sont violés par la mise en place de projets de développement et de protection de la nature. Des millions de personnes en Afrique et en Asie ont souffert de ces projets. Il est temps aujourd’hui que ces grandes organisations réagissent. Si le WWF ne peut pas empêcher les brigades anti-braconnages qu’il finance de porter atteinte aux Baka, alors peut-être devrait-il reconsidérer sa présence sur leurs territoires’.

     

    http://www.survivalfrance.org/actu/11131

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Apple pie à l'irlandaise

     
    Et pour finir mon repas de la St Patrick, j'ai réalisé ce délicieux gâteau aux pommes irlandais.Celui ci a une pâte plus moelleuse : j'adore !! 

    Pour 8 personnes :

    la pâte :

    • 200 g de farine
    • 100 g de farine à poudre levante (ou 300 g de farine au total et 1 sachet de levure chimique)
    • 1 c à soupe de sucre  (Tagatose)
    • 250 g de beurre demi sel (et oui, c'est la Bretagne !!)
    • 1 yaourt
    • Quelques gouttes de jus de citron

    la garniture :

    • 4 pommes Granny Smith
    • 100 g de sucre en poudre (2 càs) de Tagatose 
    • 2 c à soupe de farine
    • 1/2 c à soupe de jus de citron
    • 1 oeuf pour dorer 
     

    Préparation :

    Beurrer un moule à tarte de 27 cm.

    Dans un saladier, mélanger les farines et le sucre.
    Ajouter le beurre ramolli coupé en petits morceaux et bien malaxer pour réaliser une sorte de crumble.
    Ajouter le yaourt et le jus de citron. Bien les incorporer et faire une boule.
    Emballer la pâte dans du film alimentaire et la laisser reposer au réfrigérateur pendant 1 heure environ.

    Préchauffer le four à 180°.

    Couper la pâte en deux et remettre l'autre moitié au réfrigérateur.
    Étaler la pâte au rouleau sur un plan fariné pour avoir une épaisseur d'environ 3 à 5mm.
    Déposer la pâte dans le moule à tarte et bien la répartir. (Ce n'est pas la peine de la piquer !)
    Laisser le surplus de pâte dépasser, il servira pour coller l'autre moitié.

    Laver et éplucher les pommes.
    Les couper en gros quartiers et les disposer sur le fond de tarte.


    Dans un saladier, mélanger le sucre et la farine.
    Répartir ce mélange par dessus les pommes.
    Arroser avec le jus de citron.

    Sortir le reste de pâte du réfrigérateur et l'étaler comme précédemment.
    Dessiner sur la pâte (j'ai fait une feuille de trèfle).

    Casser l'oeuf entier dans une tasse et le battre à la fourchette.
    Badigeonner en les bords de la tarte et déposer la 2nde moitié de pâte.
    Bien souder les bords et rouler pour faire un petit bourrelet.
    Badigeonner le dessus de la tarte avec l'oeuf battu.
    Faire 4 petites fentes avec un couteau (pour laisser passer l'air pendant la cuisson)

    Enfourner pour 45 minutes.
    Déguster tiède ou froid.


    Verdict : J'ai suivi la recette initiale et le goût de muscade me semble trop prononcé. La prochaine fois, je n'en mettrais pas du tout : je pense que les pommes se suffisent à elles-même, et c'est pourquoi je ne l'ai même pas mentionné dans ma recette.
    Par contre, la pâte très moelleuse en fait un savoureux dessert.
    http://www.lesdelicesdebaradozic.fr/2012/03/apple-pie-lirlandaise.html
     
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • bucatini-carbonara-poireau
    Pour ne pas consommer que des féculents, on s’est permis d’ajouter un légume !
    Cette version de pâtes à la Carbonara se déguste le soir en complément d’une bonne salade…
     Ce n’est pas une grosse part… mais ça laisse la place pour mieux équilibrer son repas.
    Un peu de fibre pour votre repas ne fera pas de mal

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Douleur musculaire : le contexte guide l’exploration de la myalgie©123RF-Andriy Popov

    Les douleurs musculaires (« myalgies ») sont le plus souvent en rapport avec une activité musculaire excessive quand elles surviennent après celle-ci. Si elles surviennent au cours de l’effort, ou sans aucun effort, elles peuvent être le témoin d’une maladie du muscle ou liée à un virus, à la prise d’un médicament ou à une maladie plus complexe.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Bravo AndréPositif pour le parcours et le partage.

    Nadine

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Ethiopie: El Niño s'intensifie et plonge 10.2 millions d'éthiopiens dans l'insécurité alimentaire !

    50 millions de $ nécessaires pour lutter contre l'insécurité alimentaire causée par la sécheresse provoquée par El Niño
    27/01/2016
    Description de l'image

    El Niño, un phénomène climatique aux répercussions dramatiques

    Le phénomène climatique El Niño, qui a débuté en 2015, est entrain de se renforcer. Le site Géo vous explique tout sur ce phénomène climatique !
    En ce début d'année, et selon l'ONU, le nombre de personnes qui souffrent de la faim a considérablement augmenté passant de 8.2 à 10.2 millions.

    Aujourd'hui, ce sont 2 millions de personnes supplémentaire qui ont besoin d'aide alimentaire pour faire face à cette grave crise alimentaire qui plonge le pays dans une séchéresse historique.

    Dans la Corne de l'Afrique, et particulièrement en Ethiopie où l'impact est sévère, la nourriture et l'eau manque considérablement. Malgré l'aide humanitaire internationale, 400 000 enfants souffrent encore de malnutrition sévère et 1.7 million de malnutrition modérée.

    L'action d'Un Enfant par la Main et ses partenaires

    En 2015, grâce à votre formidable élan de générosité, 74 000 enfants de - de 5 ans, femmes enceintes et allaitantes et personnes âgées ont déjà pu bénéficier de notre aide grâce à la distribution de compléments alimentaires et d'huile pendant 3 mois. Notre partenaire a également pu fournir des matelas, des couvertures et des draps au sein des 2 centres de santé des districts de Dila et Wonago.

    Alors que notre partenaire ChildFund Ethiopie concentrait ses efforts sur 7 principaux districts, 1 nouveau district est concerné par cette crise.
    Au total, 300 000 personnes attendent de recevoir du mais, de l'huile, des légumes secs et parmi elle, 104 478 enfants de - de 5 ans,
    femmes enceintes et allaitantes et personnes âgées ont besoin de famix pour une durée de 6 mois.

    L'intervention d'urgence de notre partenaire contribue aux efforts nationaux de lutte contre la mortalité des enfants due à la malnutrition ainsi qu'à l'absentéisme et l'échec scolaire des enfants. Au délà de l'urgence, en collaboration avec les associations locales, ChildFund Ethiopie continue de développer ses actions en matière d'éducation au développement de la petite enfance, de santé, de protection des enfants, et de développement économique pour les jeunes et les femmes au sein des programmes de parrainages.

    Je crains pour l'avenir. Je ne sais si Fentale survivra à cette situation et aura la force de grandir pour devenir un homme. Halko, mère de Fentale, 3 mois

    Répondre aux besoins des enfants touchés par cette catastrophe est notre priorité,
    continuez à nous aider pour sauver ces familles et éviter que la crise ne s'aggrave !

    Avec seulement 10 € (soit 60€ pour 6 mois),  vous pouvez sauver 1 vie en Ethiopie !

    Je donne

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Avancée notable pour la qualité du diagnostic des (rares) cas de contamination belges. L'Institut de médecine tropicale d'Anvers a reçu ce jeudi un nouveau procédé décelant dans le sang les anticorps contre le virus Zika. Un test que l'IMT réserve pour l'heure aux femmes enceintes.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Soupe épaisse de poireaux façon Grand'Maman

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Le romarin, cette plante qui fleure bon le Sud et le soleil, ne se contente pas de parfumer délicatement les plats. L’herbe aux couronnes comme on la surnomme est aussi reconnue, et ce depuis l’Antiquité, pour ses multiples vertus. Découvrez tous les bienfaits du romarin.

    image: http://www.consostatic.com/wp-content/uploads/2014/01/romarin-ban.jpg

    Les bienfaits du romarin



    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


  • Mettre en place un programme d'accès à la défibrillation

     

    - Vous souhaitez vous équiper, mais vous ne savez pas quel défibrillateur choisir (DEA ou DSA, à énergie constante ou croissante, disposant du meilleur seuil de détection d'asystolie, ...),

    - Vous voulez vous équiper et obtenir une prestation clé en main comprenant la pose, la mise en service, l'initiation et la maintenance de votre DEA, nos formations sont dispensées sur l'ensemble du territoire par des secouristes spécialistes de la réanimation cardiaque grand public, nos techniciens sont habilités à réaliser la maintenance de chacune des marques distribuées,

    - Vous avez équipé votre commune, entreprise et vous souhaitez former vos citoyens, vos salariés à la RCP et à l'utilisation d'un DAE,

    - Vous vous êtes équipé de défibrillateurs et vous souhaitez nous en confier la maintenance, nous intervenons sur toute la France métropolitaine, nos tarifs sont dégressifs selon le nombre d'appareils,

    - ...

     

    N'hésitez pas à nous contacter via notre formulaire de contact ou au 03 52 74 00 86 .

     

    Pour une chaîne de survie efficace, trois critères sont indispensables :

     

    S'équiper de défibrillateurs et les laisser en accès public :

    Mettre à disposition un ou plusieurs appareils c'est permettre d’augmenter les chances de sauver une vie en cas d'arrêt cardiaque.

    Le massage cardiaque associé à une défibrillation rapide est l’intervention la plus susceptible d’améliorer le taux de survie. Le délai entre la survenue de l’arrêt cardiaque et l’utilisation du DAE étant un facteur clé de succès pour tenter de faire repartir le cœur normalement.
    Bien que le massage cardiaque aide à maintenir la circulation sanguine chez une victime d’arrêt cardiaque pendant un certain laps de temps, il est peu probable qu’il puisse convertir la fibrillation ventriculaire en rythme cardiaque normal. Pour restaurer ce rythme normal, il faut réaliser rapidement une défibrillation dans les toutes premières minutes qui suivent l’arrêt cardiaque.
    En utilisant un DAE rapidement sur une victime d’arrêt cardiaque par fibrillation ventriculaire, les chances de survie sont les plus élevées. En effet, dans les études sur l'arrêt cardiaque qui utilisent la défibrillation au cours des toutes premières minutes suivant l'arrêt, les taux de survie sont de 85 % voire plus (contre 3 à 5 % si l'on ne fait rien).

    Les études démontrent que peu de patients survivent si le délai écoulé entre la perte de conscience est supérieur à 12 minutes, or on sait que les secours mettent en moyenne 14 minutes pour arriver auprès d’une victime. L’intervention du premier témoin est donc capitale pour sauver une victime d’arrêt cardiaque.
     

    Former à l’utilisation du défibrillateur

    80 % des témoins restent passif devant une victime d’arrêt cardiaque s’ils n’ont pas reçu une formation minimale à la réanimation cardio-pulmonaire (RCP) et à l’utilisation d’un défibrillateur.

    De très nombreuses études cliniques démontrent que la connaissance des gestes élémentaires de survie administrés par le premier témoin peut améliorer considérablement les taux de survie. Le massage cardiaque débuté par les témoins constitue le meilleur traitement qu’une personne victime d'un arrêt cardiaque puisse recevoir en attendant l’arrivée d’un défibrillateur et des secours médicaux spécialisés. 

    Nous vous proposons des formations courtes de 2 à 3 heures avec mise en pratique ou ultra-courtes (théoriques) de 20 à 30 minutes selon le programme suivant :

    • Apprendre à reconnaître les signes d’une crise ou d’un arrêt cardiaque ;

    • Apprendre à réagir en débutant le massage cardiaque ;

    • Apprendre à utiliser un DAE en attendant l’arrivée des secours professionnels.

     

    Ou trouver un defibrillateur

    Communiquer sur les lieux d’implantation des défibrillateurs

    Parce que le témoin qui doit intervenir auprès d’une victime d’ACR est en situation de stress intense, savoir ou se trouve le DAE le plus proche doit être un réflexe.

    Tout autant que l’équipement et la formation, la communication sur les lieux d’implantation est primordiale.

    Quel que soit le type d’installation retenu, il est important d’apposer une signalétique claire et visible pour informer le public de la présence d’un DAE.

    Elle peut être complétée par le sigle DAE ou tout symbole permettant d’assurer la bonne visibilité du matériel et la compréhension de son utilité.

    Les projets d’implantation de DAE doivent être complétés par une campagne d’information auprès des utilisateurs potentiels afin d’assurer la visibilité du dispositif et d’accroître les connaissances du public sur les défibrillateurs.

    L’information de la population sur le projet d’équipement et l’appel aux volontaires pour intégrer la chaîne de survie sont primordiaux.

    Le bulletin municipal, le site Internet de la ville, les panneaux électroniques, les tableaux d’affichage, les sites ou application de géolocalisation sont des supports d’information essentiels. Ils offrent la possibilité de maintenir l’information à jour sur les lieux d’implantation des DAE, tant auprès de la population que de tous les intervenants potentiels.

     

    Notre constat sur le terrain :

     

    - des salariés qui ne savent pas que leur entreprise est équipé de DAE,

    - des défibrillateurs présents dans la commune mais indisponibles après la fermeture des locaux,

    - des appareils non signalés,

    - une absence de communication sur l'intérêt du DAE,

    - une absence de formation,

     

    http://www.4minutespour1vie.com/nos-prestations-pxl-23_22.html

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire