• Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Crédit photo : Apichai Inthutsingh | Cart Whellchair DIY

     

    Un designer thaïlandais transforme les caddies usagés en fauteuil roulant pour les personnes handicapées des bidonvilles de Bangkok… Une belle initiative !

    Qui n’a jamais utilisé le caddie de supermarché comme moyen de locomotion ? Que ce soit pour s’amuser entre amis ou pour y glisser des enfants récalcitrants, on a tous détourné un jour la fonction principale du caddie ! Un designer thaïlandais a eu l’idée d’utiliser les caddies mis au rebut mais encore en état de fonctionnement en fauteuil roulant !

    Ce n’est pas une lubie de sa part mais selon lui, un moyen de rendre accessible les déplacements en fauteuils roulants aux 80 000 personnes des bidonvilles de Bangkok qui n’ont pas les moyens de financer un fauteuil roulant classique et se retrouvent isolées du reste du monde !

    Apichai Inthutsingh designer dans une agence de publicité de Bangkok a baptisé son invention le Cart Whellchair DIY et donne donc une seconde vie aux caddies que les supermarchés n’utilisent plus. DIY pour Do It Yourself présage de la simplicité à transformer le caddie en fauteuil roulant. Il est tout simplement équipé de coussins et d’un frein à main.

    Deux versions sont disponibles, l’une pour les handicapés se déplaçant seuls, l’autre qui doit être poussé par une tierce personne ! On peut alors tout imaginer et notamment sa motorisation. Ils pourraient même être personnalisés !

    Nous doutons tout de même un peu du confort de ce fauteuil roulant mais également de sa maniabilité sur le long terme quand on connaît la qualité de nos caddies français ! Mais nous reconnaissons là une excellente idée pour ces personnes isolées par le manque de moyens autant que par leur handicap.

     

    En améliorant encore un peu ces caddies détournés, ce pourrait être une excellente alternative aux fauteuils classiques, sûrement confortables (quoique souvent équipés d’un simple siège plastique) mais surtout inaccessibles à de nombreux handicapés dans le monde.

    Nous excluons la France qui, ne l’oublions pas est l’un des seuls pays au monde à bénéficier de la Sécurité Sociale, prenant en charge une grande partie des dépenses liées à l’appareillage médicalisé ! Pour le reste du monde, c’est une toute autre histoire et ce genre d’initiatives pourrait changer la vie de nombreuses personnes !

     

    https://www.neozone.org/innovation/il-transforme-les-caddies-de-supermarche-en-fauteuils-roulants-pour-les-plus-demunis/?

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Budapest, le 16 octobre 2019 – Soutenue par l’EIT Health, la société Diabeloop vient de remporter le Prix InnovEIT lors des EIT Awards pour le développement de son projet de “pancréas artificiel” pour enfant. 

     

    L’Institut européen d’innovation et de technologie (EIT) récompense Marc Julien, co-CEO de Diabeloop dans le cadre du dispositif de gestion automatisée du diabète de type 1 pour enfant. L’EIT est un organisme européen créé par l’Union européenne en 2008 afin de renforcer la capacité d’innovation de l’Europe. Ce dernier organise des prix annuels récompensant les jeunes entreprises, les projets innovants et les talents entrepreneuriaux. 

    Le co-CEO de Diabeloop, Marc Julien, est alors lauréat dans la catégorie du prix des innovateurs, l’EIT Innovators Award, qui récompense les porteurs de projets innovants, à forte valeur ajoutée.

    « Diabeloop bénéficie du soutien de l’EIT Health depuis des années et l’opportunité de présenter notre projet dédié aux enfants en est encore une marque. Nous sommes très honorés que le jury d’InnovEIT Awards ait choisi de distinguer notre innovation dédiée aux enfants, et à leur famille, qui doivent supporter la lourde charge mentale associée à la maladie” déclare Marc Julien de Diabeloop.

     

    Le projet D4Kids de Diabeloop récompensé

    Marc Julien remporte ce prix pour le projet enfants de Diabeloop : un dispositif automatisé de gestion du diabète de type 1 destiné à aider les enfants vivant avec un diabète à vivre pleinement, tout en facilitant la gestion de la maladie pour les familles et le personnel soignant. Des essais cliniques sont actuellement en cours pour ce dispositif (indiqué à partir de 6 ans et jusqu’à la pré-puberté) dans deux centres pédiatriques en France et un en Belgique.

     

    Le DBLG1 System pensé avec et pour les enfants 

    – Des écrans de visualisation de données adaptés aux enfants, faciles à comprendre à tout âge – Une interface sécurisée permettant aux jeunes patients de transporter leur terminal sans risque de mauvaise manipulation – Des programmes de repas et d’activités physiques adaptés à la routine de l’enfant – Une optimisation des paramètres grâce à l’apprentissage automatique (bolus repas, réponse à l’activité physique) 

    D4kids, le projet d’adaptation du DBLG1® System pour les enfants, va améliorer la qualité de vie des enfants atteints de diabète de type 1 et de ceux qui s’en occupent.

     

    A propos de Diabeloop SA 

    La mission de Diabeloop : soulager les personnes vivant avec un diabète de type 1 de décisions thérapeutiques quotidiennes et alléger leur lourde charge mentale. Issue d’un projet de recherche médicale, Diabeloop est créée en 2015 par le Dr Guillaume Charpentier, aujourd’hui directeur médical et Erik Huneker, co-dirigeant avec Marc Julien depuis 2016. Autour de cette équipe dirigeante complémentaire, un réseau de partenaires tels que le CEA- Leti lié à Diabeloop au sein d’un laboratoire de recherche commun et le CERITD (Centre d’Etudes et de Recherches pour l’Intensification du Traitement du Diabète). Aujourd’hui, Diabeloop rassemble les personnalités, la passion et les compétences de 60 collaborateurs qui œuvrent quotidiennement pour améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de diabète de type 1.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Après les excès des fêtes retour sur terre avec les légumes et fruits d’hiver. Sains et gourmands, ils apporteront leurs saveurs et leurs bienfaits à vos salades détox !

    Carottes, chou, navets, betterave, fenouil, pommes de terre, poireau, toute la famille des cucurbitacées sans oublier les légumes anciens comme le panais ou le topinambour… l’hiver est prodigue ! Pour changer des soupes, inspirez -vous de nos idées gourmandes et composez des salades originales, auxquelles vous pourrez y ajouter des fruits d’hiver, comme de la grenade, des pommes, des poires, des oranges ou des kiwis. 

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire
  • Alerte, alerte, une nouvelle tendance food prend d’assaut les réseaux sociaux : le banana sushi !

    Alors non, rassurez-vous, il ne s’agit pas ici de garnir vos sushis avec de la banane, à côté de l’avocat ou du kiri®, mais de transformer une banane (pas trop mûre) en un délicieux rouleau à découper en tranches fines, à la manière du maki traditionnel. Ces délicieux petits sushis sucrés font trembler le web et deviennent le dessert favori des stars du Food Porn sur Instagram et sur Pinterest. Faciles à faire, il n’est pas nécessaire d’être un maître de la découpe et des mélanges insolites pour les réaliser chez vous !

    Le sushi (sucré) (à tomber !) pour les Nuls !
    La recette est ultra simple ! Prenez une banane, enduisez-là d’un glaçage de chocolat et de graines pilées ou de fruits secs. Placez la banane au frigo pendant une heure afin que la préparation se fige et devienne homogène. Et le tour est joué !

    Sushi banane

    Le banana sushi est une recette simple et gourmande ouvrant le champ des possibilités créatives : vous pouvez enduire la banane de n’importe quel condiment, jouer sur le sucré-salé, enrouler la banane enduite de chocolat dans une crêpe ou une tortilla, utiliser des céréales soufflées… Allez donc faire un tour sur les réseaux sociaux et vous découvrirez que la recette se conjugue à l’infini !

    Que ce soit pour un apéro entre copines, un dîner ou un goûter avec vos enfants, vous ne résisterez pas à l’appel du banana sushi ! Voici quelques recettes pour vous initier à cet art sucré et bon pour la santé !

     

    https://www.banane.info/actualites/le-banana-sushi-a-linfini/

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Rappel produit - Raisins Moelleux Bio - Bio Village - E. Leclerc

    Alerte rappel produit : plusieurs lots de raisins secs moelleux de la marque Bio Village Leclerc contiennent une mycotoxine. Vérifiez vos placards !

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Le diabète de l’enfant, comme toute maladie chronique, nécessite des dispositions particulières à adapter en fonction des circonstances. Car, naturellement, un enfant diabétique sera amené à aller à l’école, à partir en vacances ou à voyager en groupe ou en famille. Quelles sont les précautions à prendre et quelles sont les attitudes à adopter dans chacune de ses situations ?

    enfant diabétique à la cantine

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    UN PÈRE DE FAMILLE INTRÉPIDE

    John a toujours repoussé les limites, que ce soit dans les sports extrêmes ou dans ses voyages autour du monde pour le travail, tout en gardant sa famille au centre de ses priorités. Il a notamment montré à sa fille à sauter en parachute. Jamais le diabète de type 1 ne l’a ralenti.

    En vieillissant, John a commencé à penser davantage aux complications à long terme du diabète et à l’inquiétude de sa famille concernant sa glycémie, qui devient trop faible durant la nuit, surtout lorsqu’il n’est pas à la maison.

    UNE DÉCOUVERTE DÉTERMINANTE

    John a refusé de changer son mode de vie. Il a cherché activement des façons de contrôler sa glycémie. Il a alors découvert le MiniMedMC 670G, un système équipé de la technologie hybride en boucle fermée SmartGuard HCL qui ajuste automatiquement l’administration d’insuline pour maintenir les taux de glucose dans une plage cible. Il savait que cela réduisait les risques d’hyper et d’hypoglycémie qui étaient une source de préoccupation pour lui et sa famille.

    VOYAGER EN TOUT SÉCURITÉ

    John peut contrôler ses taux de glucose lorsqu’il se déplace pour le travail grâce aux nouvelles données qu’il obtient. Il voyage maintenant sans soucis, comme il l’a toujours désiré. Sa femme dort plus paisiblement sachant que ses taux de glucose sont ajustés automatiquement avec la technologie SmartGuard HCL.

     

    Le système a satisfait ou dépassé leurs attentes en matière de diminution du taux d’A1c*.

    91 % DES UTILISATEURS DU SYSTÈME MINIMED 670G DISENT QUE

    JOHN VIT MOINS D’ÉPISODES D’HYPER ET D’HYPOGLYCÉMIE ET PROFITE PLEINEMENT DE LA VIE

    AVANT Une journée sans la technologie SmartGuardMC et son mode automatique**

    APRÈS Une journée avec la technologie SmartGuardMC et son mode automatique**

    John 670G
     

    A1C DE JOHN

    AVANT8,1

    APRÉS 6,1

    19 H. IL EST L’HEURE D’ALLER FAIRE DU VÉLO DE MONTAGNE!

    Parce qu’il utilise le premier système en boucle fermée hybride au monde, John vit moins d’épisodes d’hyper et d’hypoglycémie. Il pratique les sports extrêmes qu’il aime à toute heure du jour ou de la nuit, tout en voyant son taux d’A1c s’améliorer. Analysons concrètement les résultats.

     

    John 670G
     

    PLUS DE TEMPS PASSÉ DANS UNE PLAGE SAINE

    Le mode automatique de SmartGuardMC ajuste automatiquement ses taux de glucose pour qu’il puisse profiter de chaque moment.

    • PLAGE D’OBJECTIFS 3,9 à 10 mmol/L
    • HYPERGLYCÉMIE 10 à 22,2 mmol/L
    • HYPOGLYCÉMIE < 3,9 mmol/L

    RÉFÉRENCES

     

    https://www.medtronic.com/ca-fr/diabetes/home/products/minimed-670g/john.html

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • 123-vr-auto-moe-ongeval-2-05-15.png

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Maladies génétiques rares intelligence artificielle reconnaissance faciale

    Des scientifiques ont publié les résultats d’une étude montrant qu’une intelligence artificielle couplée à une reconnaissance faciale peut détecter des maladies génétiques rares.

    Peu connues et très peu étudiées, certaines maladies génétiques rares sont souvent détectées après des années par les médecins. Bien que rares, elles ne sont pourtant pas si exceptionnelles car si l’on prend 200 de ces maladies, 8 % de la population serait touchée. Du fait de leur rareté le diagnostic est toutefois délicat. Aussi, des chercheurs ont eu l’idée d’utiliser la reconnaissance faciale couplée à une intelligence artificielle pour améliorer grandement le diagnostic.

     

    Maladies génétiques rares intelligence artificielle

    L’IA qui détecte les maladies génétiques rares

    Les chercheurs ont publié les résultats de leur étude dans la revue scientifique « Nature Medicine ». Les scientifiques ont utilisé comme base les différences notables générées par ces maladies génétiques rares sur les traits du visage pour baser leur évaluation. Le syndrome de Cornelia de Lange par exemple est une maladie qui se caractérise entre autre par un développement intellectuel retardé et une mobilité de la personne affectée. Cette maladie se caractérise aussi par des sourcils arqués qui se joignent au milieu. Le syndrome d’Angelman pour sa part se caractérise par une peau et des cheveux plus clairs.

    L’intelligence artificielle mise au point et qui a été alimentée par 17.000 images peut détecter, dans 90 % des cas, ces maladies. Un résultat supérieur à celui obtenu par les médecins qui ne sont qu’à 70 % de réussite. D’autres maladies génétiques rares peuvent aussi être détectées même si le taux de diagnostic fiable est moins élevé. Cette avancée majeure pourrait aider les médecins à détecter, de façon beaucoup plus simple et précoce, ces troubles.

     

    https://www.objetconnecte.net/ia-maladies-genetiques-rares/?

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Une équipe de chercheurs australiens et brésiliens a mis en place une méthode utilisant l’intelligence artificielle pour aider au diagnostic des dégâts oculaires occasionnés par le diabète. Le but : anticiper la détection de la maladie dès ses premiers signes, et permettre un traitement plus rapide pour limiter les dégâts.

     

    Savez-vous quelle est la maladie occasionnant le plus de dégâts oculaires chez les adultes à travers le monde ? Ce sont les rétinopathies occasionnées par le diabète, qui pourraient affecter près de 200 millions de personnes d’ici à 2030.

    L’excès de sucre dans le sang, symptôme du diabète, fragilise la paroi des capillaires qui irriguent la rétine, la membrane de l’oeil qui réceptionne la lumière. Cette paroi perd son étanchéité puis se rompt, entraînant l’éclatement des vaisseaux de la rétine.

    Un traitement précoce permet de limiter les dégâts 

    S’il n’y a pas de symptômes avant-coureur, les diabétiques se rendent compte qu’ils sont malades aux premiers signes de leur perte de leur acuité visuelle. Un diagnostic précoce suivi d’un traitement, pourrait être une différence majeure et aider les malades à ne perdre qu’une petite partie de leur vision.

    Une équipe de chercheurs venus d’Australie et du Brésil a mis au point un algorithme permettant de détecter un des premiers signes de la maladie : la perte de substance au niveau des vaisseaux sanguins. 

    La moitié des diabétiques n'est pas suivie régulièrement 

    Un pas d’autant plus important que la plupart des patients ne sont sont pas suivis. "Seule la moitié des diabétiques ont des examens ophtalmologiques réguliers et un tiers n’ont jamais subi d’examen" explique le professeur Dinesh Kant Kumar dans un communiqué.

    Mais si les examens ordinaires étaient souvent hors de portée financièrement du commun des mortels, l’examen que son équipe et lui ont mis au point est bien plus abordable.

    Automatiser les examens avec l'intelligence artificielle 

    "Notre approche, qui fait intervenir l’intelligence artificielle, est aussi efficace qu’un scanner réalisé en clinique mais repose sur des images de la rétine qui peuvent être effectuées avec un équipement ophtalmologique traditionnel" explique le Pr. Kumar.

    La méthode est simple... mais chronophage et moins fiable. A l’aide d’un rétinographe, il est possible de prendre des clichés de la rétine. Le but de l’équipe de chercheurs a été d’automatiser le processus.

    Pour cela, les scientifiques ont utilisé l’intelligence artificielle. Leur but ? Développer un algorithme capable de détecter, de manière fiable et rapide, la présence de fluide sur la rétine. Ils espèrent ainsi que leur méthode puisse être utilisée pour des examens à grande échelle dans la population.

     
    À LIRE AUSSI
    Du café noir contre le diabète

    Une vraie utilité pour les politiques de santé 

    "Les diabètes non diagnostiqués sont un véritable problème ici et autour du globe. En Australie, pour chaque personne malade, une autre n’a pas été diagnostiquée. Dans les pays en développement, le ratio tombe à 1 sur 4" alerte Pr. Kumar.

    Les gouvernements des différents pays devraient rapidement se montrer intéressés, car le poids des rétinopathies sur les dépenses de santé risque d’augmenter au fil des années. "Beaucoup de personnes ont des complications du diabète qu’on pourrait traiter", conclut Pr. Kumar."En développant un peu plus notre technologie, on pourrait réduire les conséquences qu’engendre le diabète."

    Le 10 janvier 2019 à 11:55 • Kevin Domas
     
    https://www.maxisciences.com/sante/une-intelligence-artificielle-detecte-dans-les-yeux-les-signes-precoces-du-diabete_art42479.html
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires