• Les ruses de langage des grandes marques alimentaires mises à jour

    Les ruses de langage des grandes marques alimentaires mises à jour

     
    Les ruses de langage des grandes marques alimentaires mises à jour
     

    Nouvelle étape dans ce grand dossier qui nous dévoile comment on mène le consommateur par le bout du nez. Des techniques qui ne sont parfois pas encore intégrées dans l’enseignement des écoles… ou bien des contorsions sémantiques réalisées dans le cadre de la légalité.

    Les ruses légales de l’industrie alimentaire.

    Nous sommes un pays qui a le chic pour accumuler les dispositions légales et réglementaires à propose de tout. Cette complexité n’empêche pas, certains diraient que cela favorise, l’utilisation d’astuce qui visent à rouler le consommateur dans la farine.

    C’est ainsi qu’une soupe à l’ancienne peut se targuer d’un savoir-faire et d’ingrédients de qualité alors qu’elles contient moult additifs. C’est ainsi qu’une volaille peut être vendue mélangée à de l’eau et à des arômes artificiels. Même le bio n’est pas à l’abri et ne tient pas toujours ses promesses.

    La réalité … sous emballage flatteur

    ruses marques -foodwatchL’organisation Foodwatch, dédiée à la  défense des consommateurs en matière d’alimentation, a dénonce ces pratiques inacceptables et a fait un petit inventaire de ces habitudes douteuses de nos supermarchés.

    « Difficile pour les consommateurs d’y échapper, explique Ingrid Kragl, directrice de l’information de Foodwatch. Ces ruses de l’industrie alimentaire sont parfaitement légales. Les fabricants en profitent, confortés par des réglementations laxistes et le laisser-faire de la plupart des pouvoirs publics. Là est le véritable scandale.

    Les ruses de langage des grandes marques

    L’association a livré 5 exemples à l’appui de son indignation :

    Maggi (Nestlé), soupe boeuf-carottes aux vermicelles, saveur à l’ancienne.

    soupe-maggiAvec cette soupe, Nestlé fait référence aux saveurs d’un plat de la tradition culinaire française. Bien que le visuel sur l’emballage présente un généreux morceau de boeuf, le produit n’en contient pas : on y trouve juste 1,1% de jus de cuisson de boeuf.

    Cette soupe compte plus de fécule, d’exhausteurs de goût artificiels, de sucre et de sel que de viandeLe « Code de la soupe », une réglementation rédigée par l’industrie elle-même, rend de telles pratiques possibles et ne protège pas les consommateurs de ces comportements abusifs.

     

    E.Leclerc, blanc de dinde Tradilège, Marque Repère.

    dinde-tradilègeL’emballage mentionne « qualité supérieure » et « 100% filet », ce qui ne signifie pas 100% de viande. En réalité, le produit contient 16% d’eau qui inclut du gélifiant à base d’algue, du colorant et d’autres additifs, soit l’équivalent de presque une tranche sur six.

    Le fait que les produits de la Marque Repère soient bon marché n’est en rien une excuse.

     

    Vrai (Triballat Noyal), yaourt arôme naturel fruits rouges.

    yaourt-vraiLe slogan des produits laitiers biologiques Vrai est : « Le bonheur est dans le Vrai. » Avec son yaourt arôme naturel fruits rouges, Vrai choisit l’ambiguïté en présentant le produit pour ce qu’il n’est pas.

    Ce laitage ne contient pas de morceaux de fruits mais seulement un arôme à hauteur de 1,1%… et cet arôme n’est même pas bio.

    Lustucru (Panzani), tortellini jambon cru parmesan.

    pates-lustucru-panzaniLustucru, appartenant au groupe espagnol Panzani, est l’une des marques de pâtes préférées des Français. Une confiance qui n’est, à nos yeux, pas méritée. Bien que l’emballage mette en avant du jambon cru et du parmesan dans des tortellini « plus généreux », le paquet de pâtes contient en réalité à peine une petite cuiller de parmesan.

    Il y a 24% de jambon cru ; le reste de la farce n’est que remplissage à base d’ingrédients standards voire bon marché : eau, flocons de pommes de terre, crème fraîche, semoule de blé dur et poitrine de porc fumée.

    Puget (Lesieur), vinaigrette huile d’olive extra, vinaigre balsamique, tomates séchées.

    puget-huile-olive-tomates-secheesPuget est la marque d’huile d’olive préférée des Français. Forte de cette réputation, Puget vend une vinaigrette qui annonce être à base d’huile d’olive extra, vinaigre balsamique et tomates séchées. Mais ces ingrédients a priori de qualité ne constituent qu’un tiers du produit.

    La vinaigrette Puget est surtout composée d’ingrédients meilleur marché : eau, huile de colza, vinaigre blanc et rouge, purée de tomates. Et à peine 1% de tomates séchées !

    supermarché rusesVoyez d’autres exemples d’allégations trompeuses : Comment éviter les pièges du marketing alimentaire ?

    Foodwatch invente les consommateurs à réagir en signant une pétition. »
    Pétition foodwatch : www.foodwatch.fr/leclerc

    *
    Je veux témoigner
    Retour au sommaire du dossier  :

    Les techniques secrètes pour faire craquer le consommateur
    Les techniques secrètes pour faire craquer le consommateur

    http://www.consoglobe.com/ruses-des-grandes-marques-alimentaires-cg

     

    « Du Taï Chi dans les parcs bruxelloisDécollement de la rétine »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :