• Incroyable, elle a vécu sans cervelet pendant 24 ans !

    Hospitalisée à la suite de nausées et de vertiges, une Chinoise de 24 ans a découvert qu’elle vivait depuis 24 ans sans cervelet. Après l’homme qui a prouvé que vivre avec un petit cerveau était possible, voici une nouvelle histoire des plus impressionnantes. Seuls huit cas similaires ont été recensés dans la littérature médicale.

    Le cerveau s’adapte à toutes sortes de malformations

    Tout a commencé dans un hôpital de Shandong en 2014. La jeune femme se plaignait de nausées et de vertiges. Comme d’habitude, les médecins ont réalisé des examens et le résultat est pour le moins surprenant. La jeune femme, âgée de 24 ans, vit depuis son plus jeune âge sans cervelet, une partie qui peut contenir jusqu’à 50 % des neurones totaux d’un individu. Sans se soucier de son état, la femme a mené une vie normale, ce qui prouve que le cerveau reste encore un mystère pour l’être humain.

    À noter que le cervelet est une structure qui joue un rôle primordial dans le contrôle moteur, mais également dans certaines fonctions cognitives comme l’attention, le langage et la régulation des réactions de la peur et du plaisir. Il représente environ 10 % de la masse totale du cerveau d’une personne. D’après une rapport publié par Helen Thomson dans le New Scientist, la mère de la jeune femme a confié que sa fille avait eu des problèmes pour marcher jusqu’à 7 ans et des problèmes liés à la parole jusqu’à ses 6 ans, mais qu’après ça, elle a vécu une vie normale.

    Une famille sans antécédents neurologiques

    Ses parents n’ont pas d’antécédents de troubles neurologiques, ses quatre soeurs et son frère sont décrits comme neurologiquement normaux et son accouchement a été « sans histoire ». L’histoire est choquante pour les médecins et très rare, puisque les cas se comptent sur les doigts de la main et que la majorité se sont finis en décès ou ont entraîné des lésions cérébrales majeures.

    D’après les médecins, « la plupart des personnes ayant l’agénésie cérébelleuse primaire sont des nourrissons ou des enfants ayant une déficience mentale grave, de l’épilepsie ou d’autres lésions macroscopiques du SNC ». En général, la découverte d’une telle maladie se fait chez l’adulte au moment de l’autopsie. En revanche, la femme a continué à vivre avec des problèmes ‘’mineurs’’, comme une marche instable ou des troubles de l’élocution.

    À lire aussi : Vertiges, malaise vagal, vision trouble : quand s'inquiéter ?

    http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?

    « Comment bien préparer sa trousse de secours ? »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :