• Les tampons hygiéniques qui nous simplifient grandement la vie pendant nos règles, sont parfois à l'origine d'une maladie extrêmement rare mais également extrêmement grave, appelée syndrome du choc toxique. C'est ce qui est arrivé à l'ancien mannequin Lauren Wasser, qui se bat aujourd'hui pour faire connaître ce risque. Explications.

     

    Le syndrome du choc toxique est une maladie qui touche essentiellement, mais non exclusivement, les jeunes femmes qui utilisent des tampons hygiéniques. On ne sait pas exactement pourquoi elles sont victimes de ce syndrome, mais on a retrouvé, dans le vagin et sur le col de l'utérus de ces femmes réglées, des souches d'une bactérie, le Staphylococcus aureus (ou staphylocoque doré). Dans certaines conditions, mécaniques ou chimiques, créées par les tampons, ce germe colonise le vagin et produit des toxines en grande quantité qui entrent dans la circulation à la faveur d'une blessure de la muqueuse ou par l'utérus.

    Le syndrome du choc toxique

    Les symptômes sont pour certains similaires à ceux d'une forte grippe. Ils ne se présentent pas de la même façon pour toutes les femmes, mais quatre signes sont capitaux pour le diagnostic :
    - une fièvre élevée, de 39 ° à 40°5,
    - une petite tension artérielle, 
    - une éruption cutanée (érythrodermie) comme un coup de soleil et une desquamation. 
    - S'y ajoute une atteinte des organes dits cibles. Du tube digestif par exemple, avec des vomissements, une diarrhée aqueuse et profuse. Ou des muqueuses, du pharynx, de l'oeil…, qui sont très enflammées. Ou encore du système nerveux central : il en résulte une confusion, une obnubilation…

    Le début est brutal et le syndrome peut évoluer rapidement, en 48 h, vers le choc, voire le décès, ce qui est le cas une fois sur 10 environ.

    Traiter et prévenir

    Une suspicion de choc toxique est une urgence et l'hospitalisation doit être immédiate, pour un traitement intensif. Le tampon doit être bien sûr retiré et la malade perfusée, pour contrer les effets du choc (de très grandes quantités de liquide et d'électrolytes de remplacement sont parfois nécessaires pour remplir les vaisseaux vidés de leur contenu par le choc). La patiente est ensuite traitée par des antibiotiques de la famille des pénicillines.

    Les tampons sont alors interdits, au moins dans les 4 mois qui suivent l'infection aiguë, pour éviter les récidives. De façon générale, il est plus prudent d'éviter de se servir de tampons en continu pendant toute la durée des règles. Mieux vaut alterner avec des serviettes périodiques. Il est conseillé aussi de ne pas porter un tampon plus de 8 heures d'affilée et de le changer régulièrement, idéalement toutes les 4 heures.

    Dr Brigitte Blond

    Mis à jour le 23 juin 2015

    http://www.doctissimo.fr/html/sexualite/hygiene-feminine/articles/se_6549_choc_toxique_tampons.htm

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Face à la méconnaissance du grand public sur la diversité des compétence des sages-femmes, le gouvernement a décidé de lancer une campagne nationale d'information.

    La pratique des sages-femmes ne se limite pas aux grossesses et aux accouchements (c) Afp
     
    ,
     
     
    La pratique des sages-femmes ne se limite pas aux grossesses et aux accouchements (c) Afp

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Le sucre n'est pas un poison. L'excès de sucre en revanche pose problème. Comment faire pour en consommer moins ?

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Des députés veulent surtaxer les sodas pour supprimer d'autres taxes alimentaires

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Le régime végétalien exclut, par définition, tout produit d’origine animale. Un végétalien ne consomme donc pas de viande ni de poisson mais il écarte également les produits laitiers et les œufs. Un tel régime est compatible avec une bonne santé mais à condition de respecter certaines règles. Dans ma chronique du mois d’avril au Magazine de la santé (voir la vidéo ci-dessous), j’évoquais brièvement l’intérêt du soja pour assurer un apport protéique suffisant et de bonne qualité.

     

     
     
     

     

    Regarder la video sur : http://www.allodocteurs.fr/blogs/le-blog-nutrition-du-dr-boris-hansel/

     

    Si vous cherchez à vous documenter sur le sujet, vous trouverez beaucoup d’informations contradictoires. Pour vous aider à y voir clair, voici quelques explications.

    Il est vrai que le soja comporte des isoflavones, des molécules qui ressemblent aux œstrogènes. C’est pourquoi on les considère comme des « phyto-œstrogènes ». Ces isoflavones sont ainsi capables de mimer, en partie, l’action des œstrogènes humains. Les risques seraient alors de favoriser le cancer du sein en stimulant la croissance des cellules cancéreuses mammaires et de voir les organes des enfants se féminiser… Mais là où une personne non-avertie n’y comprend plus grand-chose, c’est quand elle lit par ailleurs les bienfaits potentiels du soja. Il pourrait prévenir le cancer du sein ! C’est en tout cas ce qui ressort d’observations, dans des populations de femmes asiatiques exposées au soja depuis leur plus tendre enfance. 

    Le sujet est donc complexe et plus encore lorsque le problème des pesticides tel que le Roundup est avancé et que l’on évoque celui du soja génétiquement modifié…

    Je voudrais ici m’en tenir à quelques informations et conseils simples pour celles et ceux qui souhaitent consommer du soja, qu’ils soient ou non végétalien. 

    En premier lieu, sachez que les produits à base de soja vendus en France (que ce soit du tofu, du jus de soja, ou encore les yaourts et autres desserts au soja) ne comportent pas d’OGM (vous le vérifierez en consultant l’emballage). En outre, si vous craignez le Roundup (malgré un rapport assez rassurant et récent de l’agence européenne de la sécurité des aliments), consommez les produits bios ! Vous ne serez pas ou pratiquement pas exposés aux pesticides.

    Surtout en ce qui concerne le risque des isoflavones, bien qu’il ne soit pas complètement clair chez l’humain, un principe de précaution s’impose. Il est  simple et vous permettra de consommer du soja et notamment des protéines de soja en toute sécurité : suivez simplement la recommandation des autorités sanitaires qui ont émis des recommandations en 2005 : limitez l’apport en isoflavones à 1 mg/kg de poids. Par exemple, si vous pesez 65 kg, ne consommez pas plus de 65 mg d’isoflavones par jour.

    La ou le bât blesse, c’est que les industriels ne mentionnent pas la teneur en isoflavones de leurs produits sur les emballages ! En attendant qu’ils le fassent, voici quelques ordres de grandeurs qui vous aideront à vous y retrouver :

    -1 bol de boisson au soja de 250 ml apporte 33 mg d’isoflavones mais aussi 10 grammes de protéines

    -1 dessert au chocolat (100 g) ou un dessert fermenté aux fruits (100 g) à base de soja apporte 8 mg d’isoflavones et 4 grammes de protéines

    -100 grammes de tofu apportent 33 mg d’isoflavones et 10 grammes de protéines

    Donc, en pratique, il est tout à fait possible de consommer quotidiennement des produits à base de soja en bénéficiant des protéines qu’ils contiennent sans risquer les effets indésirables théoriques liés aux isoflavones..

     

    http://www.allodocteurs.fr/blogs/le-blog-nutrition-du-dr-boris-hansel/

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partenariats avec des régimes controversés, récompense de mesures à l’efficacité douteuse, propos scandaleux face à des populations confrontées à la guerre : mais jusqu’où ira l’OMS dans sa lutte anti-tabac ?

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Trisomie 21: le test sanguin pour remplacer l'amniocentèse 

    Trisomie 21: le test sanguin pour remplacer l'amniocentèse

     

    La Société française de médecine prédictive et personnalisée (SFMPP) a annoncé ce 17 juin qu'elle préconisait, en cas de risque de trisomie 21, la réalisation du test génétique de diagnostic prénatal non-invasif (DPNI) dans le sang maternel pour éviter le recours aux amniocentèses.

    Par la rédaction d'Allodocteurs.fr, avec AFP

    Rédigé le 17/06/2016

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • iPhone Screenshot 1

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Le meilleur traitement des maladies rénales, la greffe, est aussi le moins cher. Pourtant une étude de l'Institut national d'études démographiques (Ined) révèle que les patients les moins diplômés ont moins facilement accès à cette greffe.

    Par la rédaction d'Allodocteurs.fr, avec AFP

    Rédigé le 09/06/2016

    Les inégalités sociales pèsent sur l'accès à la greffe rénaleLes inégalités sociales pèsent sur l'accès à la greffe rénale

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Arthur Coulet, jeune graphiste français, a privé le petit Parisien de Willy Ronis de sa célèbre baguette ! Dans son musée en ligne le Gluten Free Museum, il revisite l'art à l'heure de la mode du sans gluten. Aperçu de son étonnante galerie virtuelle  

    Insolite : des oeuvres d'art sans gluten

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • salade-pois-chiche-harissa
    Les pois chiches font parti de la famille des légumineuses… Ce sont donc des féculents.
    En salade comme en accompagnement, ils contribuent à l’apport de glucides. 

    Cette salade de pois chiche convient parfaitement à un régime méditerranéen,  de part les ingrédients utilisés.
    La touche orientale donne un peu de piquant à cette recette. Elle conviendra parfaitement pour un repas du soir.
    Pensez à réduire si nécessaire les féculents du plat principal.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • dents

    Toutes les définitions

    Les légendes de l'atlas relèvent de © TLC-Edusoft- Mattel Interactive 2000 - Tous droits réservés

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Le progrès n’attend pas. Ainsi, pendant que, comme je l’expliquais hier encore, l’Assemblée nationale en profite pour injecter de la surveillance permanente dans votre voiture, dans le reste du monde et de façon un peu plus pragmatique, ce sont les robots qui se répandent dans les entreprises.

    Ce sera sans surprise qu’on apprendra à ce sujet qu’Adidas a choisi l’Allemagne pour ses prochaines expériences industrielles. L’entreprise a en effet annoncé le 24 mai dernier qu’elle entendait faire fabriquer ses baskets par des robots d’ici l’année prochaine, ce qui lui permettra de rapatrier en Europe une bonne partie de sa production actuellement basée en Asie, et très largement réalisée à la main. Et le choix de l’Allemagne est bien sans surprise puisque ce pays a largement misé sur ses robots dont il est le premier producteur européen et qui peut s’enorgueillir d’avoir 281 robots pour 10.000 salariés (et un taux de chômage moitié moindre qu’en France, est-ce utile de le rappeler ?).

    En introduisant de la robotique dans un maximum d’étapes de la conception de ses chaussures, l’entreprise vise à nettement diminuer son temps moyen de production d’un an et demi pour les chaussures faites main à quelques jours lorsqu’elles sont réalisées par des robots. Dans ce contexte, le groupe construit d’ailleurs une usine de 4600 m² à Ansbach en Allemagne. Cette usine livrera la première série test de 500 chaussures pour une vente dès le troisième trimestre 2016. Adidas envisage aussi de construire sa seconde usine aux États-Unis, et réfléchit à des équivalents en France et au Royaume-Uni.

    Ce mouvement de robotisation et de relocalisation des activités n’est pas vraiment nouveau.

    D’une part, les salaires ont nettement augmenté dans toute l’Asie, rendant moins pertinentes les économies de main-d’œuvre réalisées jusqu’alors avec les délocalisations. D’autre part, la robotisation concerne maintenant toutes les entreprises de fabrication en série (Nike talonne donc Adidas à petits bonds nerveux), et s’étend donc logiquement… aux fabricants chinois ou coréens eux-mêmes.

    C’est ainsi qu’en Corée du Sud, Samsung investit fortement pour remplacer sa main-d’œuvre humaine par des robots afin de continuer à construire ses équipements électroniques de façon compétitive face à la concurrence de la main-d’oeuvre chinoise, réputée moins onéreuse. En outre, Samsung a été commissionné par le gouvernement sud-coréen pour développer les prochains robots de haute précision qui, pour le moment, sont produits à l’étranger et sont importés à grands frais. La Corée du Sud vise-t-elle à devenir l’Allemagne de l’Asie ?

     

     

    innovation

     

    De leurs côtés, les Chinois ne sont pas en reste puisque Foxconn, le géant chinois de l’assemblage de produits électroniques, teste à grande échelle le remplacement de ses ouvriers par des robots pour les tâches répétitives et vise à remplacer 60.000 emplois par ces automates, ce qui permettra de redéployer les ressources humaines sur des travaux réclamant plus de savoir-faire et de doigté, depuis le contrôle qualité jusqu’à la recherche et développement.

    À la lecture de ces annonces, tant du côté d’Adidas que du côté de Foxconn, Samsung ou Nike, on comprend que le mouvement de robotisation de toutes les tâches répétitives de précision est en pleine ascension. En outre, l’arrivée sur le marché de robots moins coûteux, de plus en plus polyvalents, va rendre l’exécution de petites séries plus rentable, voire permettre des travaux d’orfèvrerie à des prix toujours plus bas. On assiste ici au même changement paradigmatique qu’avec l’arrivée de l’impression 3D qui offre là aussi la possibilité de produire de la très petite série ou des pièces autrement irréalisables par les moyens industriels traditionnels utilisés pour les grandes séries.

     

     

    robot will process data for energyAu passage, on devra s’interroger de la réaction des bobos conscientisés qui n’achetaient plus leurs Nikes ou leurs Adidas qu’avec un pincement au cœur en pensant aux ouvriers chinois exploités (« Pensez donc, 2$ de l’heure pour fabriquer des ziphones, ma brave dame, c’t’un scandale »). Cette robotisation risque de les plonger dans l’embarras intellectuel : devront-ils pleurer le sort de ces ouvriers remplacés par des machines, ou devront-ils au contraire se réjouir qu’ils n’aient plus à devoir travailler de pénibles heures à coudre des chaussures pour un salaire de misère ?

     

    De fil en aiguille, on peut aussi parier que ces bobos conscientisés seront vite rejoints par les nouveaux Canuts et autres Ludites que la France s’empresse (ironie du sort) de produire à un rythme stakhanoviste, afin de lutter contre cette abominable robotisation qui détruit de l’emploi, appauvrit les familles et détraque le temps, y’a plus de saison ma brave dame c’t’un scandale là aussi. Oui, après tout, luttons contre le bénéfice apporté par les robots ! Pour employer tout le monde, mettons à bas ces automates vicieux ! Revenons à la couture la plus fruste (avec des os taillés comme aiguilles, hein), engageons de grands travaux à coup de petites cuillères vengeresses, et croyez-moi, il y aura du travail pour tout le monde, c’est évident.

    Et tant qu’à faire, protégeons encore plus les salariés qui seraient remplacés par ces hideux robots. Oh, bien sûr, cela aura pour effet inévitable d’accroître encore le coût d’embauche, de verrouiller un peu plus le marché du travail pour ceux déjà employés, mais ce n’est pas grave : même si c’est exactement ce qu’on observe actuellement (et qui explique au moins en bonne partie le différentiel entre la France, surprotégée et en sur-chômage, avec l’Allemagne ou la Suisse, aux lois bien plus souples et aux syndicats beaucoup plus affûtés), soyez certains que cette révolution robotique sera farouchement combattue avec ces méthodes catastrophiques qui empêcheront l’émergence de nouveaux emplois, devenus trop coûteux et qui ne seraient justement pas remplaçables par des robots (ceux avec un fort relationnel humain, typiquement).

    Quel avenir douillet, celui qui se profile à l’horizon ! On va pouvoir mesurer en grandeur réelle la différence entre deux options : celle prise par les pays qui surprotègent leurs salariés et combattent le progrès, et l’option de ceux qui ont un Code du travail mince et efficace, et embrassent les changements technologiques qui s’annoncent.

     

     

    robots helping cats

     

    Sur le court terme, les Chinois et les Coréens souffriront probablement de cette nouvelle évolution si rapide, et leur société devra s’adapter à ces changements profonds. Les Allemands, eux, s’en sortent déjà pas mal. Sur le moyen et sur le long terme, il m’apparaît en revanche bien plus délicat de trancher entre les deux options choisies puisque la seconde imposera, par la force des choses, une adaptabilité et un redéploiement des ressources là où c’est économiquement et humainement rentable, pendant que la première, guindée et sûre d’elle-même, continuera de s’enfoncer douillettement dans ses acquis sociaux, plongeant avec délice et abandon toute sa société dans un formol épais.

     

    http://www.contrepoints.org/2016/06/02/255285-la-revolution-des-robots-continue-silencieusement?

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Dans une étude réalisée par des chercheurs belges de l’hôpital de Hasselt, les niveaux sonores observés dépassent nettement les normes de l’Organisation mondiale de la santé pour les soins intensifs. Bien qu'il soit impossible de disposer de salles de soins sans bruit, quelques pistes d'amélioration sont à explorer. 

    Par la rédaction d'Allodocteurs.fr

    Rédigé le 30/05/2016

    Belgique : des nuisances sonores en soins intensifs deux fois trop élevéesBelgique : des nuisances sonores en soins intensifs deux fois trop élevées

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    DÉFINITION

    Chorée de Huntington, surnommée « danse de Saint Guy », c'est une maladie héréditaire autosomique dominante, donc transmissible obligatoirement d'une génération à une autre, même si l'autre parent n'est pas atteint. C'est une maladie très rare due à la présence d'un gène anormal sur le chromosome 4 .

    LES SIGNES

    • La personne est atteinte de mouvements involontaires, irréguliers, brefs, amples et rapides prédominant au niveau des épaules et des hanches. Des troubles psychiques très importants sont associés, avec une dépression marquée et destroubles du comportement qui aboutissent peu à peu à la démence.
    • La gravité de cette maladie réside dans le fait qu'elle est irréversible, sans traitement pour l'instant, et qu'elle apparaît entre 35 et 50 ans chez une personne auparavant totalement saine. Cela veut dire qu'une personne totalement saine en apparence non seulement ne le saura que tardivement, mais également que ses enfants seront obligatoirement atteints.
    • Il faut bien comprendre toutefois une chose essentielle : ce n'est pas une maladie qui s'attrape : on la possède en soi dans ses caractères génétiques, et on appartient à une famille atteinte de cette maladie. Cela signifie que s'il n'y a pas dans votre famille (père, mère, grands-parents) de personne atteinte de cette maladie, vous n'avez aucun risque de l'avoir.

    La maladie évolue pendant une vingtaine d'années avant d'aboutir à une dépendance totale physique, avec un état de démence.

    Certains neuroleptiques parviennent à diminuer les signes de la maladie.

     

    http://www.docteurclic.com/maladie/choree-de-huntington.aspx?utm_source=newsletter&utm_medium=newsletter&utm_campaign=69-26-mai-2016

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique