• Chicon au gratin

    Ingrédients pour  personnes

    • 100 g de gruyère râpé
    • 50 cl de lait
    • 40 g de farine
    • 40 g de beurre
    • 1 pincée de noix de muscade
    • 8 tranches de jambon cuit
    • 8 gros chicons
    • sel et poivre
     

    Préparation

    1. Faites cuire les chicons entiers, selon la méthode de votre choix (à l’eau bouillante, au micro-ondes, à la vapeur ou à la poêle). Laissez-les égoutter, pointe vers le bas, dans une grande passoire.
    2. D’autre part, réalisez une béchamel : faites fondre le beurre dans un poêlon et saupoudrez-le de farine. Mélangez 1 min, puis ajoutez progressivement le lait, tout en mélangeant au fouet, jusqu’à obtention d’une sauce bien lisse. Laissez mijoter 5 min à feu très doux. Salez, poivrez et ajoutez une pointe de muscade.
    3. Préchauffez le four sur th. 6 - 180°C.
    4. Enroulez une tranche de jambon autour de chaque chicon et déposez-les dans un grand plat à four (ils ne doivent pas se superposer). Nappez-les avec la sauce et saupoudrez de gruyère râpé.
    5. Faites dorer 25 min au four.
    6. Servez chaud, avec une purée de pommes de terre.

    http://fr.delhaize.be/recettes/recettes/Chicon-au-gratin?language=fr&cmpid=Em-_DLL-Be_w45_NA_NA_Bel_Fr_NA_Topic3_Recipe_recipe_NA

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • N’y voyez pas d’intervention divine : Dieu n’a rien à voir dans tout cela, ni Siddhartha Gautama. Pourtant, à l’autre bout de la terre, en Chine, des poires en forme de Bouddha poussent joliment sur les arbres. Simplement ?Grâce à l’intervention de l’Homme bien sûr …

    Ces poires ressemblent à de petits bouddhas gras, les bras croisés sur un ventre dodu, le visage éclairé par le sourire de la méditation. Quelle magie a opéré autour de ce fruit, plutôt banal sous nos contrées ? Un moule en plastique auquel on a donné les traits de Bouddha. 

    JOLI TU SERAS

    De tout temps, l’Homme a voulu laisser son empreinte sur tout ce que la Nature lui offrait. Dans un premier temps, l’objectif de l’agriculture était de produire plus grand, plus vite, mieux. L’être humain s’est ensuite interrogé sur la forme à donner aux produits issus de la terre. Il fallait leur trouver un style original. Ainsi, bien avant l’arrivée de Christophe Colomb aux Amériques, les agriculteurs ont fait pousser du maïs et des haricots aux couleurs diverses, des dizaines de variétés de poivrons différentes, des tomates de toutes les formes et aux saveurs diverses : des grosses, des petites, des feuillues, des sucrées, en forme de mamelons, des rouges, des roses, des jaunes, … Il en va de même pour le concombre que l’Homme a contraint à pousser droit : George Stephenson, inventeur de la locomotive à vapeur à ses heures perdues, avait mis au point des cylindres de verre, fermés à une extrémité et qui servaient de forçage aux cucurbitacées. 

    DES POIRES CORSETÉES

    Pour les poires Bouddha, pas de miracle non plus : elles ont été « corsetées » dans un moule en plastique dès leur plus jeune âge. Le fruit immature s’est ainsi développé en prenant la forme du moule. Aucune transformation génétique donc, ni même aucun produit nocif, mais bien le « génie » d’un Chinois, Hao Xianzhang, qui a mis six ans pour élaborer ses moules en plastique.

    Il y a une vingtaine d’années, un agriculteur japonais de l’île de Shikoku avait aussi eu la géniale idée de faire pousser des pastèques carrées, histoire de les ranger plus facilement dans le réfrigérateur et de pouvoir les empiler sur les étals des marchés. On les dit aussi plus faciles à transporter. Il faut compter environ 18 jours pour que le gros fruit oblong se transforme en cube. L’inconvénient est que la pastèque-aux-formes-nouvelles se vend jusqu’à trois fois plus cher que la pastèque-qui-roule !

    L'UNION EUROPÉENNE ET SES CRITÈRES DE BEAUTÉ

    Le culte du beau-lisse-propre se répercute ainsi sur les fruits et légumes et le consommateur choisira plutôt un aliment joli que bizarre. L’Union européenne a elle-même conditionné l’acheteur en bannissant des marchés les concombres courbes, les carottes tordues ou les aubergines bossues. Pour le concombre, la réglementation européenne stipulait qu’il devait être bien formé et pratiquement droit avec une hauteur maximale de l’arc de 10 millimètres pour 10 centimètres de longueur. Des normes dignes d’un défilé de mode … avec le gaspillage mondial qui les a accompagnés. Heureusement, depuis 2009, l’Europe est revenue sur ses diktats, laissant certains difformes s’afficher fièrement dans les rayons. Toutefois, des règles strictes sont encore appliquées notamment pour les pommes, pêches, citrons, poires, poivrons, tomates. Certains supermarchés se sont insurgés en proposant d’horribles fruits et légumes, mais aux valeurs nutritives excellentes, à des prix défiant toute concurrence. Parce qu’il faut bien l’avouer, les pastèques carrées et les poires Bouddha n’ont pas encore traversé le Pacifique pour gagner nos contrées. D'ailleurs, seriez-vous prêt à payer des sommes rondelettes pour de beaux aliments qui finiront quand même en bouillie en un rien de temps?

     
     
     
     
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • On connaît tous la sensation : devoir aller aux toilettes d'urgence, et ne pas avoir la possibilité d'y aller. Ce moment extrêmement désSelon le professeur en urologie, Jack Schalken, se promener régulièrement la vessie pleine n'est pas bon "car l'urine contient des déchets toxiques qui peuvent nuire à la paroi intérieure de la vessie" explique-t-il au quotidien néerlandais De Volkskrant. D'après, Schalken, la vessie s'étire quand elle n'est pas vidée pendant longtemps. "Se retenir trop longtemps dégrade la fonction de l'organe et augmente les risques d'infection".

    D'après de Kort, urologue à l'UMC Utrecht, se retenir d'uriner devient problématique quand cela arrive fréquemment. "Se retenir une fois longuement n'est pas dangereux. Certaines personnes s'imaginent que leur vessie explosera quand elle sera pleine à craquer, mais il s'agit là d'un mythe" déclare l'urologue.

    Pipi nerveux

    Contrairement à certaines espèces animales, les hommes ne peuvent pas récupérer leur urine. Les ours noirs, par exemple, n'urinent pas durant leur hibernation, mais sont capables de recycler l'eau de leur vessie. Pour les humains, c'est différent : une fois que l'eau se trouve dans la vessie, elle y reste. "La vessie humaine ne sert que de réservoir" explique Schalken. .

    "Évidemment, il existe un pipi nerveux" dit-il, en faisant allusion à l'envie d' uriner qui disparaît après quelques instants. "L'idée de devoir uriner peut se trouver dans la tête. Un sportif nerveux, par exemple, peut ressentir l'envie d'uriner. Mais immédiatement après le départ, cette sensation cesse".agréable est-il aussi mauvais pour la santé ?

     

    http://www.levif.be/actualite/sante/est-il-mauvais-de-se-retenir-d-uriner

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Miser sur les herbes aromatiques !

    Miser sur les herbes aromatiques !

    Le thym

    Le thymol est un composé aromatique contenu dans l’huile essentielle de thym, qui permettrait de réduire la plaque dentaire et de protéger des caries ou de la gingivite1 pouvant être responsables de la mauvaise haleine. Ainsi, l’ESCOP ou l’European Scientific Cooperative on Phytotherapy reconnaît l’usage du thym dans le traitement de la mauvaise haleine.
    Utilisation : faire infuser 5 g de thym séché dans 100 ml d’eau bouillante pendant 10 minutes et laisser refroidir. Filtrer ensuite la préparation et de se gargariser à raison de 2 à 3 fois par jour. Quelques gouttes d’huile essentielle de thym diluées un verre d’eau à utiliser en rince-bouche donneront aussi de très bons résultats sur la mauvaise haleine.

    Le persil

    Le persil frais diminuerait la persistance de la mauvaise haleine en capturant certains composés sulfurés qui se forment dans la bouche et dans les intestins, surtout après la consommation d’ail ou d’oignon2. De plus, le persil est un « déodorant » naturel pour la bouche grâce à sa teneur en chlorophylle. De la même façon que pour le thym, il est conseillé de laisser infuser du persil frais, de laisser refroidir, puis de se gargariser avec la préparation, ou de mastiquer simplement un peu de persil frais.

     

    De bonnes habitudes contre la mauvaise haleine !

    De bonnes habitudes contre la mauvaise haleine !

    La mauvaise haleine peut facilement être évitée grâce à des gestes simples. Il est fortement conseillé de se brosser les dents et la langue au moins deux fois par jour après chaque repas et idéalement, matin, midi et soir (Laissez au travail une brosse à dents avec un tube de dentifrice !).
    N’oubliez de changer de brosse à dents tous les 3 ou 4 mois. Et, bien que ce ne soit pas toujours un réflexe, la soie dentaire (fil dentaire) est à utiliser une fois par jour pour retirer les aliments coincés entre les dents et éviter le développement de bactéries.

    Pensez à boire 1,5 à 2 L d’eau par jour pour assurer l’hydratation de la bouche. En cas de bouche sèche pouvant être responsable d’une mauvaise haleine, sucer des bonbons sans sucres ajoutés peut être une bonne alternative puisque cela permet de stimuler la production de salive.
    Attention : la consommation d’alcool, de café ou de tabac est déconseillée en cas de mauvaise haleine ou pour la prévenir.

    Enfin, consultez un dentiste régulièrement, une à deux fois par an pour des soins éventuels et pour un détartrage régulier.

     

    Attention aux problèmes bucco-dentaires…

    Attention aux problèmes bucco-dentaires…

    Avant de se ruer sur des gommes à mâcher à la menthe pas toujours bonnes pour la santé ou sur des dentifrices « effet fraîcheur » dont l’efficacité n’est pas toujours prouvée, une consultation chez un dentiste peut permettre d’identifier simplement la source de la mauvaise haleine. Le plus souvent, ce sont les bactéries présentes sur la langue ou les dents qui produisent ces mauvaises odeurs. Mais des problèmes bucco-dentaires dont on ignore la présence, comme des caries négligées qui évoluent en abcès ou une gingivite (= inflammation des gencives), peuvent également en être responsables. Si vous n’avez aucun problème bucco-dentaire, le dentiste pourra tout de même réaliser un détartrage afin d’éliminer le tartre, qui peut lui aussi être à l'origine d'une halitose.

     

    La mauvaise haleine peut cacher un autre problème...

    La mauvaise haleine peut cacher un autre problème...

    La mauvaise haleine peut être passagère et causée par des problèmes bénins, comme une sinusite, un rhume ou des brûlures d’estomac. Néanmoins, elle n’est pas à traiter à la légère car en plus d’être un facteur de gêne pour vous et votre entourage, elle peut aussi être le symptôme d’une pathologie plus grave comme une insuffisance des reins ou du foie, certains cancers ou un diabète. Il convient donc d’être vigilant en cas de mauvaise haleine persistante et de ne pas hésiter pas à en parler rapidement à votre médecin.

     

    http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=haleine-fraiche-la-mauveise-haleine-peut-cacher-un-autre-probleme

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Faut-il réhabiliter la charcuterie ?Si l’on excepte quelques soirées raclette, avouons que les cochonnailles ont plutôt déserté les menus des adeptes de la diététique. Un bannissement immérité selon la filière, qui régulièrement essaie de réhabiliter ses produits. Qu’en est-il exactement du poids nutritionnel de la charcuterie ?

     
    Résumé de l'article

    Rubrique « clés pour agir »
    Cet article fait le point sur l’élimination injustifiée de la charcuterie de notre alimentation. Il passe en revue le poids nutritionnel des diverses cochonnailles et explique la nocivité des graisses qu’elles contiennent.
    Un tableau détaille le poids nutritionnel de la charcuterie (andouille, boudin noir, chorizo, filet de bacon cuit, jambon cru, jambon cuit découenné, dégraissé, lardons fumés cuits, mortadelle, pâté de campagne, rillettes, salami, saucisson sec, pâté en croûte, saucisse cocktail).

    Le dossier en version complète fait 3 pages papier. Il comporte l’ensemble des articles du sommaire, les textes de lois, jurisprudences et compléments associés. 
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Qualité de la viande : savoir renoncer à la barquetteLa qualité sacrifiée aux prix bas

    La course aux prix bas pratiquée par la grande distribution a contribué à industrialiser l’élevage, amenant des produits de qualité médiocre.

    La sécurité alimentaire en défaut

    En élevage intensif, le recours massif aux antibiotiques et, à nouveau, aux hormones et aux farines animales est une menace pour la santé.

    Les garanties du direct et des labels

    Les consommateurs se replient sur les labels et l’achat direct chez l’éleveur et le boucher, qui apportent des réponses aux questions qu’ils se posent.

     
    Résumé de l'article

    Rubrique "Le Point sur"
    Cet article fait le point sur la qualité de la viande : questions-réponses

    • L'origine de la viande est-elle garantie en France ?
    • Les plats cuisinés carnés sont-ils mieux contrôlés ?
    • Peut-on consommer du steak haché en toute confiance ?
    • En quoi le mode d'élevage est-il déterminant ?
    • Les antibiotiques sont-ils dangereux ?
    • Les farines animales vont-elles revenir ?
    • Les hormones sont-elles interdites ?
    • Quels sont les plus de la viande bio?
    • Quels sont les labels les plus cotés ?
    • Y a-t-il des viandes durables ?

    Infographies :

    • Équilibre nutritionnel, moins de viande mais mieux
    • Le goût de la viande de 50 jours
    Le dossier en version complète fait 6 pages papier. Il comporte l’ensemble des articles du sommaire, les textes de lois, jurisprudences et compléments associés. 
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Octobre 2014
    Le Particulier Pratique n° 405, article complet

    Les bouchers de la grande distribution pourront, dès la mi-décembre, utiliser des termes génériques, comme “steak” ou “rôti”, et n’auront plus à mentionner le nom précis du muscle (tende de tranche, jumeau, etc.), peu connu du grand public. Cette dénomination s’accompagnera d’un classement par étoiles, selon la qualité : trois étoiles correspondront à la qualité maximale, et une étoile au “potentiel de qualité le moins élevé”, indique un arrêté du ministère de l’Économie. Une pièce découpée dans le filet ou le faux-filet recevra automatiquement trois étoiles, mais le nombre d’étoiles variera pour un rôti ou un steak suivant, par exemple, qu’ils seront prélevés dans la poire (3 étoiles) ou dans le jumeau affranchi (1 étoile). Ce nouvel étiquetage concernera les viandes ovines, de bœuf et de veau.

     
     
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Juin 2014
    Les arômes des plats préparés : les artifices cachés du goûtLe Particulier Pratique n° 402, article résumé

    Une culture du secret Presque tous les industriels renforcent le goût de leurs produits à l’aide d’arômes, sans vouloir tout dire.

    La méfiance des consommateurs Les ventes de plats préparés chutent depuis un an, les clients se détournent des substances chimiques ou allergènes.

    Un nouveau marketing du naturel Les marques d’agroalimentaire remodèlent leurs recettes pour réduire le nombre d’ingrédients et vendre du naturel.

     
    Résumé de l'article

    Rubrique "Le Point sur"
    Cet article fait le point sur les arômes (naturels et/ou artificiels) des plats préparés : questions-réponses

    • Comment repérer l'ajout d'arômes ?
    • Des arômes vraiment naturels ?
    • Quels sont les arômes les plus utilisés ?
    • Faut-il éviter les arômes de synthèse ?
    • Qu'en est-il du risque d' allergies ?
    • Quelle transparence sur les additifs ?
    • Les produits biologiques moins aromatisés ?

    Infographies : 

    • L' agroalimentaire tente de revenir au goût naturel : Saupiquet se passe d'arômes dans ses salades, Fleury Michon privilégie les arômes naturels.
    • Les huiles essentielles, à manier avec prudence.
    Le dossier en version complète fait 6 pages papier. Il comporte l’ensemble des articles du sommaire, les textes de lois, jurisprudences et compléments associés. 
     
    http://www.leparticulier.fr/jcms/p1_1562409/les-aromes-des-plats-prepares-les-artifices-caches-du-gout
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Des salmonelles, bactéries notamment responsables de gastro-entérites, ont été retrouvées dans des lots d’œufs retirés de la vente dans plusieurs départements. Les personnes fragiles doivent être vigilantes.
    Salmonelles : des lots d'oeufs contaminés retirés de la vente
    GILE MICHEL/SIPA
     

    Un lot d’œufs provenant du Domaine du Pic a été retiré de la vente vendredi 17 octobre, pour cause de présence de salmonelles. Le gouvernement indique que le lot présente les caractéristiques suivantes : œufs en coquille de la marque « Jaune d’or, Oeuf de Dordogne, Domaine du Pic ». Il s’agit de boîtes de différentes contenances : 10 œufs, 6 œufs, 12 œufs, 24 œufs, 30 œufs, ainsi que des œufs en vrac. Les œufs potentiellement contaminés ont une date limite de consommation égale ou inférieure au 14/11/2014. Le code qui apparaît sur l’œuf est DCA02. Les œufs ont été commercialisés en Corrèze, en Dordogne, en Charente et dans le Lot, dans des supermarchés ou des commerces de type épiceries, boucheries, alimentation."Il est donc recommandé aux personnes qui détiendraient des produits appartenant au lot décrit ci-dessus de ne pas les consommer et de les détruire, ou de se les faire rembourser", recommande l'entreprise dans un communiqué.

    Pour toute question, les consommateurs peuvent joindre la société du Domaine du Pic au 09 75 43 88 37 .


    Maladie d’origine alimentaire courante

    Les salmonelles sont des bactéries, qui se transmettent à l’homme par le biais d’aliments contaminés. Elles sont présentes chez les animaux destinés à la consommation humaine, mais également les animaux de compagnie. Elles sont responsables de deux types de salmonelloses : les gastro-entérites et les fièvres typhoïdes et paratyphoïdes, indique l’Institut Pasteur. Dans le cas de la contamination des œufs, il s’agit d’affections du type gastro-entérite.


    Attention aux personnes fragiles

    En ce qui concerne les gastro-entérites, la durée d’incubation est courte (un ou deux jours) et l’infection se traduit par de la fièvre, une diarrhée, des vomissements et des douleurs abdominales. La majorité des cas sont bénins et la gastro-entérite disparaît généralement sans traitement après 3 à 5 jours en moyenne. Cependant, l’infection peut être plus grave pour les personnes les plus fragiles (personnes âgées, nourrissons, femmes enceintes, personnes immuno-déprimées). Un traitement antibiotique doit alors être prescrit.


    Des mesures simples de prévention

    D’une façon générale, pour éviter les contaminations par ce type de bactéries, il faut observer une bonne hygiène alimentaire. Cela passe par veiller à bien cuire les aliments, tout spécialement les viandes. Les œufs doivent être conservés au réfrigérateur (le froid bloque la multiplication des bactéries). De même, toutes les préparations à base d’œufs qui ne sont pas cuits doivent être conservées au frais et consommées rapidement. Les personnes vulnérables aux salmonelles devraient quant à elles éviter de manger de telles préparations.

     

    http://www.pourquoidocteur.fr/Salmonelles---alerte-sur-des-oeufs-contamines-8318.html

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Oignon patate

    Allium cepa var. aggregatum

    Oignon patate, Allium cepa var. aggregatum
    Oignon patate, Allium cepa var. aggregatum

    Famille: 

    Liliacées

    Origine:

    Période de floraison: 

    floraison rare

    Couleur des fleurs: 

    blanc

    Exposition: 

    ensoleillée

    Type de sol: 

    sol riche et drainant

    Acidité du sol: 

    neutre à basique, aime le calcaire

    Humidité du sol: 

    normal

    Utilisation: 

    potager

    Hauteur: 

    80 a 100 cm

    Type de plante: 

    légume perpétuel

    Type de végétation: 

    bulbe vivace

    Type de feuillage: 

    persistant

    Rusticité: 

    très rustique, -25°C

    Plantation, rempotage: 

    automne et printemps

    Méthode de multiplication: 

    division des bulbes

    Espèces, variétés intéressantes: 

    environ 700 espèces différentes
    Allium sativum, l’ail cultivé pour la cuisine
    Allium molly, un ail ornemental aux fleurs jaunes
    Allium ursinum, l’ail des ours
    Allium aflatunense, très bel ail d’ornement


    En savoir plus sur http://www.aujardin.info/plantes/allium-cepa-var-aggregatum.php#Pdl5VyIUmiskhHpA.99

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • C'est un sujet tabou, un vrai. Dans les maisons de retraite, l'amour et la sexualité entre personnes âgées existent. Provoquant souvent la gêne - voire le rejet - des familles comme du personnel. Des initiatives tentent de préserver cette délicate intimité.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Facebook et Apple, souvent novateurs en matière de management, vont faciliter pour leurs employées la congélation d'ovules en leur payant ce traitement. Un traitement qui permet aux femmes d'avoir des enfants plus tard.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Aujourd'hui, c'est la Journée mondiale de l'Alimentation. Chaque année, 1,3 milliard de tonnes de vivres sont jetées à la poubelle. Selon les Nations Unies, ce gaspillage ne nuit pas seulement à l'économie, il est également très néfaste à l'environnement. 10 conseils pour endiguer ce gaspillage et faire des économies.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Les Google Glass sont notamment utilisées par des chirugiens durant des opérations pour accéder directement au dossier d'un patient.
    Les Google Glass sont notamment utilisées par des chirugiens durant des opérations pour accéder directement au dossier d'un patient. (Source: Google)
    Alors qu'il est aujourd'hui estimé à 2 milliards de dollars, le marché des technologies wearables pour le secteur de la santé devrait dépasser les 41 milliards de dollars d'ici 2020.

    41 milliards de dollars. C'est le montant que devrait atteindre le marché des technologies wearables dédiées au secteur de la santé en 2020. C'est ce qu'estime Soreon Research dans son étude «Smartwearables in Healthcare 2014». Aujourd'hui le volume total ( matériel, logiciels et services connexes) de ce marché est estimé à 2 milliards de dollars. Pour calculer cette projection, le cabinet suisse a analysé 250 projets ou produits actuellement en développement de solutions wearables dans le secteur de la santé dans le monde entier. Il constate que les problèmes de diabète, d'insomnie, d'obésité et les maladies cardio-vasculaires sont ceux dans lesquels ces technologies devraient connaître la plus forte croissance en raison du développement des capteurs sensoriels, de l'omniprésence de l'internet mobile et de la prolifération des maladies chroniques.

    Jawbone, Abbott Laboratories et Google sont, selon Soreon Research, à l'heure actuelle, les trois sociétés qui profitent le plus de ce marché. Jawbone a développé un bracelet d'auto-surveillance de l'activité physique et du sommeil. Abbott Laboratories propose un système de surveillance en continu du glucose destiné aux patients diabétiques.

    Quant à Google, elle a dévoilé un projet de lentilles de contact intelligentes, développées avec Novartis et destinées à lutter contre les risques liés au diabète en mesurant le taux de sucre dans les larmes.

    http://www.ictjournal.ch/fr-CH/News/2014/10/07/Dici-2020-le-marche-des-wearables-pour-la-sante-depassera-les-41-milliards-de-dollars.aspx

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • En redirigeant les patients qui n'ont pas d'urgence vitale de l'hôpital vers les médecins de ville, l'Assurance maladie pourrait économiser jusqu'à 500 millions d'euros.

     

     
     

    Près d'un Français sur six s'est rendu aux urgences en 2012, soit 10,6 millions, s'étonne la Cour des comptes dans son rapport annuel sur la Sécurité sociale. Non pas qu'ils ont tous connu une urgence vitale, loin de là. Un patient sur cinq n'a pas nécessité plus qu'une simple consultation. Certains s'y sont rendus à plusieurs reprises, à tel point que les services d'urgences ont enregistré plus de 18 millions de passages il y a deux ans. Ce chiffre connaît une hausse vertigineuse, de 30 % sur ces dix dernières années. La facture s'élève maintenant à 2,5 milliards d'euros pour l'Assurance maladie.

    Or, on ne connaît pas les raisons de ce boom. Les études manquent, déplorent les sages de la rue Cambon… qui ont toutefois leur petite idée sur la question. D'abord, la manière dont les hôpitaux sont rémunérés, en partie en fonction de la fréquentation de leur service d'urgence, ne les incite pas à coopérer avec les autres acteurs du système de soins pour réduire ce flux grossissant.

    Ensuite, les patients semblent s'y rendre, d'après les études citées par la Cour, parce que leur médecin de ville ne peut pas les recevoir. «La pratique libérale se caractérise de fait par une tendance à la réduction des plages consacrées aux consultations sans rendez-vous au bénéfice des consultations programmées», analyse les sages de la rue Cambon. De fait, la hausse la plus forte ces dix dernières années concerne les passages non suivis d'hospitalisation (14,4 millions en 2012).

    161,50 euros le passage aux urgences

    Cette évolution «met sous tensions persistantes les organisations et les équipes hospitalières en dépit des mesures de renforcement et de soutien successivement décidées par les pouvoirs publics», note la Cour. Elle ne préconise pas de renforcer les moyens de l'hôpital. Au contraire. Il faut réorienter les patients vers les médecins libéraux réunis en «maisons médicales de garde». À la clé, estime la Cour, 500 millions d'euros d'économies pour l'Assurance maladie. Il faut dire qu'un passage simple aux urgences coûte en moyenne 161,50 euros, contre 23 euros la consultation chez un généraliste.

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/09/17/20002-20140917ARTFIG00094-un-passage-aux-urgences-sur-cinq-est-evitable.php

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • L’association vous convie à sa  11ème  édition du salon. Les  partenaires présents vont soutenir notre action et nous aider à informer la population des conséquences et des moyens existants pour la prévention ou les soins de cette maladie. 

    Le samedi 25 octobre  de 8h à 15h

    Salon ouvert à tous

    dans la salle du Centre Culturel de PAITA

    THEME DE LA JOURNEE : L’Equilibre Alimentaire et Activité Physique

    Lors de nos actions sur tous le territoire et les îles loyauté nous avons pu constaté l’intérêt d’une population pour un retour à une alimentation traditionnelle etéquilibrée et la pratique d’une activité physique. Nous avons profité de manifestations et de diverses foires pour y intégré les journées mondiales dudiabète. Une modification de notre train de vie habituelle et de notre alimentation et de bouger sont utile dans le traitement du diabète, mais pas seulement quand on est diabétique. Les habitudes actuelles ne sont pas toujours les meilleures pour notre santé.

    De nombreux professionnels de la nutrition et de sport adapté nous parlerons d’une importance sur l’alimentation équilibrée et d’une activité physique, et ainsi  pourront répondre à toutes vos questions. Nous aborderons  toutes les alimentations et toutes les questions seront débattues.

    Lors de ce salon, en plus des stands de matériels et de traitement, il y aura des stands d’informations, et de dépistage ainsi que de l’activité physique par un coach sportif. Toutes  personnes pensent avoir des facteurs de risque et qui veulent des informations pourront ainsi venir et découvrir.

    En Nouvelle Calédonie

    Le diabète est une véritable épidémie, différentes études sont en cours pour en connaitre la portée exacte. Un certain nombre de personnes ignorent qu’ils sont diabétiques ou sujet à risque et ne veulent pas le reconnaître.

    Il faut les aidés et permettre une meilleure prise en charge. Les premiers temps de la maladie, le meilleur traitement reste un bon équilibre alimentaire et la pratique d’une activité physique régulière. C’est pourquoi, cette année nous abordons ces sujets.

    Le diabète représente un coût humain, financier qui ne cesse de croître. Le coût humain est difficilement quantifiable, mais réel et se reflète dans la vie quotidienne. Les repas sont des moments importants mais qui ne sont pas vécus par tous de la même façon. La pluralité ethnique du territoire fait sa richesse dans nos assiettes mais aussi sa richesse dans nos problèmes de santé. Nous ne sommes pas tous égaux devant notre rapport à l’alimentation et façon de bouger. Nous avons du travail d’information à mettre en place et à réfléchir sur la représentation des aliments dans nos esprits.

    Selon le rapport de la CAFAT, la dépense globale générée par les patients diabétiques s’élève à plus de 5,5 milliards xpf, soit 12,4% de la dépense de santé totale

    90% des diabètes en Calédonie sont de types 2 donc évitables.

    La vie quotidienne d’un diabétique n’est pas simple alors pourquoi la compliqué encore. Avec les diététiciennes présente, tout les terrains de l’alimentation seront  abordés sous forme de conférences débat :

    Bannière Oasis 2

      – l’alimentation traditionnelle

      – l’équilibre alimentaire

     –  les gamelles

     –  les fastfoods

     –  les substituts de repas 

    Les diabétiques sont comme les autres, confrontés à la publicité, aux régimes (eh oui souvent ont leur demande de maigrir ou au moins de se stabiliser) et il leur devient difficile de savoir en fait ce qu’il faut faire.

    Contact :

    Jean-Philippe LEROUX (Président)

    193 rue Bénébig

    BP 16161

    98804 NOUMEA cedex

    Tel: 76.00.88

    associationdiabetiques@hotmail.fr

    Source : Communiqué de presse reçu le 06/10/2014

    http://infos-diabete.com/11eme-salon-diabetiques-lassociation-diabetiques-nc/

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Médecin diabétologue au centre hospitalier de Blois, le docteur Régis Piquemal a participé voici tout juste 10 ans à la création du Réseau Santé Nutrition Diabète 41.

    Pourquoi ce réseau ?

    Régis Piquemal. « En 2004, la création du Réseau Santé Nutrition Diabète 41, subventionnée par l'Agence régionale de santé,était liée à l'explosion du nombre des patients diabétiques et à la nécessité de les aider… »

    Il y aurait en France plus de 3,5 millions de personnes touchées par le diabète ?

    « On estime que la population compte plus de 5 % de personnes diabétiques. Et le Loir-et-Cher, rural, avec une moyenne d'âge élevée, est dans la partie haute avec 17.000 à 18.000 personnes touchées. On considère que trois facteurs influent : l'âge, l'obésité et les catégories socioprofessionnelles. En France, plus d'un tiers des diabétiques gagnerait moins de 1.200 € par mois…

    Le docteur Régis Piquemal. - Le docteur Régis Piquemal. - (Photo archives NR) Le docteur Régis Piquemal. - (Photo archives NR)

    Le docteur Régis Piquemal. - Le docteur Régis Piquemal. - (Photo archives NR) 

    Le Réseau Santé Nutrition Diabète a donc été créé pour les aider…

    « Il s'agissait d'élargir l'offre de soin et l'accès à l'éducation thérapeutique ; d'apporter aux patients les apprentissages utiles pour se débrouiller au jour le jour avec une maladie qu'ils vont garder 10, 20 ou 30 ans (apprendre les médicaments, à contrôler ses glycémies…) Et de faire en sorte qu'ils la vivent le mieux possible. Il y a là-dedans tout ce qui concerne la diététique aussi, et notamment la perte de poids. Mieux manger, bouger… Ça ne marche pas sur des incantations mais avec des apprentissages, parfois pratiques… Au réseau, nous avons, par exemple, un atelier où l'on fait les courses. »

    Le réseau peut aussi avoir un rôle de coordination des soins ?

    « Oui. On est parfois face à des patients complexes, qui ont des pathologies associées, avec des besoins multiples de prises en charges. Il y a alors besoin d'une coordination, des rendez-vous, des conclusions. C'est utile au patient et à son médecin traitant. »

    De nombreuses casquettes pour de petites équipes ?

    « Il y a 4 diabétologues à l'hôpital de Blois, un à Vendôme et seulement un endocrinologue dans le secteur libéral. Le Loir-et-Cher est exceptionnellement peu pourvu… Le réseau offre en plus un demi-poste de médecin, puis des diététiciennes, des infirmières… En 10 ans, nous avons pris en charge 2.500 patients. »

    Ce qui ne fait pas tant que cela…

    « Seuls le Réseau et les hôpitaux de Blois et Vendôme sont habilités à l'éducation thérapeutique… A nous trois, on a peut-être vu 5.000 personnes. Ça veut dire que 2/3 des diabétiques passent au travers… »

    Et pourtant, l'éducation thérapeutique a fait ses preuves ?

    « Oui, les gens vivent mieux leur maladie et ont de meilleurs résultats en terme d'équilibre de leur diabète… »

    Comment, alors, être encore plus efficace ?

    « Aujourd'hui, ceux qui arrivent jusqu'à nous ont déjà de nombreuses années de diabète derrière eux. Or, plus l'on est jeune dans la maladie, plus on est accessible à l'éducation. On voudrait donc pouvoir intervenir plus près du diagnostic. Ensuite… le réseau est installé à Blois, avec une antenne à Romorantin et une à Vendôme. On n'a aucun intérêt à être 50 à y travailler. Par contre, depuis peu, on a contribué à former les médecins généralistes de Saint-Georges-sur-Cher à l'éducation thérapeutique. Et c'est sûrement cela qu'il faut poursuivre : former les professionnels de santé sur le territoire pour aller au plus près des patients. »

    Réseau Santé Nutrition Diabète 41, 27, rue Jacqueline-Auriol, à Blois. Tél. 02.54.45.25.30 . www.reseaudiabete41.fr

    Propos recueillis par E.P
    http://www.lanouvellerepublique.fr/Loir-et-Cher/Communes/Blois/n/Contenus/Articles/2014/10/01/Reseau-Diabete-2.500-patients-en-dix-ans-2065408
     
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Le diabète est un dysfonctionnement métabolique et énergétique très répandu, en constante progression dans tous les pays du monde. En France, on compte plus d’un million de diabétiques, dont 4000 enfants de moins de 15 ans.

    Causes et formes du diabète

    Schématiquement, il existe deux formes de diabète : le diabète non insulino-dépendant appelé de type 2 et le diabète insulino-dépendant appelé de type 1. Tous deux relèvent des désordres nutritionnels et participent d’une altération permanente du métabolisme des hydrates de carbone (glucides producteurs d’énergie), qui sont mal utilisés par l’organisme. Un tel dysfonctionnement énergétique est essentiellement dû également à un dysfonctionnement ou à une carence de l’hormone pancréatique ou insuline. Les signes cliniques du diabète — caractéristiques et dominants sont l’hyperglycémie (trop de sucres dans le sang) et la glycosurie (fuite des glucides dans les urines). D’autres signes existent, nous en donnerons le détail dans le cours de cet article.

    Pour expliquer un telle recrudescence de cette maladie, on a avancé plusieurs facteurs : le bouleversement des habitudes alimentaires traditionnelles (conséquence d’un mieux-être économique beaucoup plus répandu — pour combien de temps encore?), l’augmentation générale du niveau de vie et, a contrario, des conditions ambiantes et un environnement défavorables et, enfin, des conditions génétiques — héritage familial.

    Les données statistiques, toutefois, qui sont communes à tous les pays civilisés, conservent leur valeur et leur signification plus que préoccuante: on dénombre aujourd’hui un diabétique pour cinquante personnes et ce chiffre ne cesse d’augmenter ! Le diabète peut être considéré comme une maladie sociale et, aux Etats- Unis, on le considère comme une maladie du comportement, comme dans le cas du célèbre acteur Marlon Brando — 160 kg — qui avouait récemment avaler jusqu’à 6 litres de crème glacée par jour.
    Il est vrai que, dans la démesure, Marlon Brando avait eu un prédécesseur, le chanteur de Rock n’ Roll Elvis Presley, qui, quelques mois avant sa mort, ingurgitait encore 12 hamburgers et 4 kg de crème glacée par jour.

    Biométabolisme des hydrates de carbone

    Les hydrates de carbone, appelés encore carbohydrates ou glucides, représentent un des trois groupes bio-énergétiques fondamentaux des substances nutri- tives (les deux autres groupes, comme on le sait, sont les protéines ou protides et les graisses ou lipides) : ils sont formés de carbone, d’hydrogène et d’oxygène et constituent l’élément bio-énergétique par excellence, l’organisme en assurant la combustion complète et rapide.


    « Sucres lents et rapides »

    La biochimie distingue cependant les « sucres rapides » des « sucres lents ». Les premiers sont classés dans le groupe des monosaccharides (glucoses, galactoses, fructoses) et disaccharides (saccharoses, lactoses et maltoses). Ce sont les glucides les plus simples. On les retrouve dans le sucre de canne et de betterave, dans le miel, dans la confiture, dans le lait, dans les aliments doux en général et dans les fruits.

    Les seconds constituent les polysaccharides et sont des aliments beaucoup plus complexes qui résultent de l’union de plusieurs monosaccharides. Les plus importants sont l’amidon d’origine végétale (contenu dans le pain, les pâtes, le riz et les céréales en général, dans les pommes de terre, les légumes, les châtaignes). Les « sucres lents et rapides » doivent, pour être utilisés par l’organisme, être transformés (métabolisés) en glycogène par le foie.

    Les « sucres rapides » sont nettement plus diabétogènes que les « sucres lents ». Leur absorption étant plus rapide, ils passent plus facilement dans le sang, augmentant ainsi la glycémie.

    Les glucides, comme toutes les substances nutritives en général, sont soumis dans notre organisme à de complexes réactions chimiques (séparation, désintégration, élaboration et synthèses nouvelles) qui se situent au sein de la cellule vivante. L’ensemble de ces bio-transformations constitue le métabolisme énergétique.

    Pancréas et insuline

    L’insuline est l’hormone sécrétée par le pancréas et, plus précisément, par cette partie de l’organe qui fait fonction de glande endocrine, c’est-à-dire sécrétion interne, partie appelée îlots de Langerhans. L’insuline assure le métabolisme (transformation et utilisation organique) des hydrates de carbone. Son rôle essentiel est de favoriser la synthèse du glucose en glycogène, qui assure la formation de dépôts (“réserves”) dans le foie et dans les muscles.

    L’insuline, on le sait moins, assure également l’oxydation et la combustion du glucose dans les tissus, surtout dans les muscles et empêche la transformation des protéines (aliments naturels des muscles) et des graisses en sucre.

    Quand l’insuline est produite en quantité insuffisante ou quand, par une quelconque déficience organique, elle n’arrive dans les tissus que dans une proportion ne correspondant pas à leurs besoins, on observe une altération dans le métabolisme des hydrates de carbone et par suite une mauvaise utilisation de ceux-ci de la part de l’organisme : c’est alors qu’apparaît le diabète.

    Il manque donc au diabétique la capacité organique (faiblesse pancréatique et insuffisance insulinique) d’utiliser, c’est-à-dire de brûler, totalement, les hydrates de carbone. Par suite de ce mauvais fonctionnement les sucres s’accumulent en quantité excessive dans le sang (hyperglycémie) et sont alors éliminés avec l’urine (glycosurie).

    Hyperglycémie et glycosurie

    On appelle glycémie la quantité de sucre contenu dans le sang. Chez un individu à jeun, la glycémie oscille normalement entre 0,80 et 1,10 g par litre. Après un repas, en particulier si celui-ci est riche en hydrates de carbone, elle atteint pour une courte durée 1,15 à 1,25 g par litre. Quand le taux glycémique dépasse de façon habituelle ces quantités, c’est-à-dire quand la glycémie a augmenté durablement à cause d’une mauvaise combustion des hydrates de carbone, il y a hyperglycémie. Celle-ci est réellement le symptôme fondamental du diabète et son degré offre le plus sûr critère dans l’évaluation de la gravité de la maladie.

    Un choc émotif peut aussi être à l’origine de ce dysfonctionnement énergétique

    La glycosurie, quant à elle, traduit la présence de sucre dans les urines, lesquelles n’en contiennent pas dans les conditions normales, sinon, exceptionnellement, après un repas abondant en hydrates de carbone. Le passage du glucose dans l’urine s’observe quand son contenu dans le sang a augmenté de façon telle que les reins ne sont plus capables de l’arrêter : en général quand la glycémie dépasse la valeur de 1,20 g par litre. La glycosurie est par là-même une conséquence directe de l’hyperglycémie et représente, associée à cette dernière, un des symptômes caractéristiques et fondamentaux du diabète. On peut l’observer également dans d’autres cas : maladies cérébrales (tumeurs, méningites), traumatismes crâniens, chocs d’origines diverses, tumeurs de l’hypophyse et des capsules surrénales, hyperthyroïdie, etc. Un choc émotif peut aussi être à l’origine de cette maladie.

    Les causes du diabète

    On admet aujourd’hui que le diabète appartient aux maladies dites héréditaires et auto-immunes. La génétique vient, en effet, de démontrer qu’une altération plus ou moins importante d’un gène bien précis prédispose certaines familles à développer plus ou moins rapidement la maladie diabétique. Une hérédité directe, c’est-à-dire de père à fils, se rencontre dans presque 1 cas sur 3. Si l’on considère ensuite l’hérédité indirecte (grands-parents ou proches parents), on arrive à 2 cas sur 3. En examinant de façon attentive les antécédents familiaux de ces malades, on arrive, dans 80 % des cas, à trouver un parent plus ou moins proche qui souffre de diabète ou d’une autre maladie de la nutrition. Le diabète, en d’autres termes, représente seulement un aspect particulier d’insuffisance héréditaire (le terrain) de tout le système endocrinien, qui présenterait, parmi les différents membres d’un groupe familial, diverses formes de maladies.

    Nous mangeons, en général, plus qu’il n’est nécessaire

    Après le facteur héréditaire en génétique, viennent les abus alimentaires. C’est certes une idée trop simpliste, un préjugé encore très répandu, d’assurer que celui qui consomme trop de sucreries risque d’être atteint de diabète. Il n’en est pas moins vrai qu’un usage immodéré des hydrates de carbone (féculents et sucres) prédispose plus facilement au diabète. Nous mangeons, en général, plus qu’il n’est nécessaire à nos besoins organiques : nous mangeons trop et mal. Les abus alimentaires sont toujours nocifs ; et c’est une chance dans un certain sens que certains troubles soient immédiats (indigestion, colique gastrique, etc.), parce qu’ils constituent un frein pour les excès futurs. Dans le cas contraire, de telles erreurs s’ajoutent et finissent à la longue par produire des altérations générales dans l’assimilation et dans l’utilisation des aliments et des perturbations dans le système de la nutrition.

    Les organes auxquels est confié le travail de la digestion, de l’assimilation des aliments quand ils sont soumis à un travail considérable ou supérieur à leur résistance finissent inévitablement par se fatiguer et par s’épuiser : il en résulte que, pour un sujet chez qui la fonction endocrinienne du pancréas est déjà congénitalement faible ou aux limites de la suffisance, la capacité d’utiliser les hydrates de carbone diminue et, à ce moment, apparaît le diabète. Il ne faut pas croire cependant que l’abus seul des féculents et des sucreries favorise l’apparition du diabète : l’abus des autres groupes de substances alimentaires influe de façon presque aussi dangereuse.

    Les signes de l’hyperglycémie

    Le premier signe qui doit attirer l’attention du malade est l’asthénie (fatigue, lassitude générale). Une personne qui a joui jusque-là d’une bonne santé et qui était pleine d’énergie commence à éprouver un sentiment de fatigue et de faiblesse insolites, qui augmentent rapidement jusqu’à lui rendre impossible ses occupations quotidiennes, tout en gardant cependant l’esprit clair, lucide et actif. Cette asthénie est généralement accompagnée d’un sentiment de dépression et d’abattement psychique inhabituels et d’un malaise général impossible à définir mais très gênant, accompagné parfois de maux de tête.

    En même temps que l’asthénie apparaît, le plus souvent, parmi les symptômes les plus précoces, une soif inaccoutumée. Il s’agit d’un trouble qui, en général, ne préoccupe pas le malade. L’augmentation de la soif est en grande partie une conséquence directe de la grande quantité d’urine éliminée (polyurie). Parfois, la soif devient si forte, si tenace, si irrésistible que le malade ne peut plus s’arrêter de boire, sans parvenir cependant à calmer son besoin (polydipsie). On connaît des diabétiques qui boivent jusqu’à 10 litres d’eau par jour.

    Fréquemment on observe également chez le pré-diabétique ou le diabétique un besoin exagéré de nourriture (polyphagie). Le malade éprouve une sensation de faim permanente, surtout une faim d’hydrates de carbone, parce que ses tissus ont besoin de glucose et qu’il ne peut plus en absorber.

    Dans certaines formes du diabète, on observe aussi un amaigrissement. Le diabétique mange beaucoup et continue à maigrir progressivement. Il a beau absorber une alimentation plus riche, rien n’y fait. Mieux, il arrive souvent que l’amaigrissement augmente en fonction de ce qu’augmente la ration alimentaire. Cela est essentiellement dû aux pertes de glucose continuelles et excessives à travers l’urine.

    Dermatologie et diabète

    Si asthénie (fatigue), polydipsie (soif intense), polyurie (besoin fréquent d’uriner) et polyphagie (faim insatiable) et amaigrissement représentent, généralement, les premiers troubles d’ensemble par lesquels se manifeste le diabète, il en est d’autres qui relèvent exclusivement de la dermatologie. Nous rappellerons le prurit, qui peut soit gagner toute la peau du corps, soit, plus souvent, se localiser aux organes génitaux et sur l’épiderme environnant ; la paresthésie répandue sur tout le corps, qui se manifeste sous la forme de démangeaison ou de sensation de chaud ou de froid.

    La peau du diabétique conserve en général un teintvif, souvent même elle devient rouge. Mais le trouble dela peau le plus fréquent et le plus caractéristique de la maladie est le prurit exclusivement ou essentiellement localisé aux organes génitaux. Chez la femme, il attaque la grande et la petite lèvre, chez l’homme, la peau du prépuce, du gland, du sillon balano-préputial et du scrotum.

    D’autres fois, au contraire, le prurit est général et intéresse de façon continue ou intermittente toute la surface du corps. Le prurit général, cependant, représente presque toujours un symptôme du diabète à un stade avancé et il s’observe de préférence quand la polyurie et la glycosurie atteignent des taux vraiment importants. Il est à noter également que les diabétiques développent très souvent des infections cutanées de type mycosique. La peau du diabétique étant le plus souvent acide, elle favorise la prolifération des levures et champignons de type candida albicans. Les plaies des diabétiques cicatrisent très mal et évoluent le plus souvent vers des ulcères torpides voire, au stade terminal, vers la gangrène.

    Traitement énergétique du diabète

    Le diabète insulino-dépendant, comme son nom l’indique, répond uniquement aux apports exogènes (injections) d’insuline. Il est du ressort exclusif du médecin. Le diabète gras ou sucré repose essentiellement sur une rééducation fonctionnelle lente et progressive du pancréas et du métabolisme des hydrates de carbone. Ceci suffit à nous faire comprendre pourquoi l’alimentation représente le point essentiel du traitement du diabète. Dans un grand nombre de cas, en effet, la cure alimentaire suffit à atténuer et guérir le diabète. L’alimentation se propose, avant tout, de mettre dans une condition de repos relatif les organes régulateurs de l’énergie glycémique, limitant l’apport d’hydrates de carbone à la quantité tolérée par l’organisme du patient. Or ce repos métabolique forcé conduit bien souvent à une meilleure tolérance à l’égard des glucides : on obtient ainsi une rééducation fonctionnelle des organes glycorégulateurs et, par conséquent, la guérison du diabète.

    Quelle valeur, exprimée en calories, doit avoir l’alimentation du diabétique ? Cela varie naturellement en fonction du poids du malade, de son âge, de ses dépenses d’énergie mais elle doit être, dans tous les cas, très basse, à peine supérieure au métabolisme basal. Donnons un exemple. L’alimentation d’un diabétique au repos absolu, c’est-à-dire dans des conditions sévères, ne devrait pas dépasser 20 à 22 calories par kilo (c’est-à-dire 1470 calories pour une personne de 70 kilos). Le régime d’un diabétique de gravité moyenne, qui exerce une activité modérée devrait être de 25 à 30 calories par kilo (c’est-à-dire environ 2100 calories pour un individu de même poids).

    Le régime alimentaire peut également s’accompagner d’une nutraceutique efficace. Des compléments alimentaires contribuent à améliorer la régulation du métabolisme glucidique.

    Jean-Pierre Perraud

     http://www.francaise-bio-energetique.com/diabete%20et%20desequilibre.htm

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Le diabète est considéré pour beaucoup comme un handicap. C’est une douleur mais il ne doit pas empêcher de pouvoir réaliser ses ambitions. De nombreuses personnalités acteurs, chanteurs, sportifs ont été ou sont atteintes de diabète. Elles ont, malgré tout, relevé le gant chacune dans leurs domaines respectifs.

    Halle Berry, l’actrice qui fut lauréate d’un oscar a reçu un diagnostic de diabète à l’âge de 22 ans, après s’être évanouie sur le plateau durant le tournage.

    Le battage autour de cet événement a toutefois contribué à sensibiliser le public aux deux formes de diabète.

    En 2009, la nouvelle maman a été porte parole pour la Fondation des enfants atteints de diabète.

    À 45 ans, elle contrôle maintenant sa glycémie en suivant une alimentation équilibrée et en faisant de l’exercice quotidiennement.

     L’actrice mexicaine Salma Hayek a été diagnostiquée diabétique en 2007 pendant sa grossesse.

    Sharon Stone souffre d’un diabète de type 1. Elle doit donc s’administrer des doses quotidiennes d’insuline toutefois sa maladie ne l’empêche pas de poursuivre ses rêves d’actrices.

    En France, Jean Marie Bigard est atteint de diabète de type 1 et pour lui « ce n’est pas plus compliqué que de se raser le matin ».

    Jacques Villeret était diabétique mais n’aurait jamais voulu se soigner. Mikhail Gorbatchev l’ancien dirigeant de l’URSS est diabétique de type 2.

     

    Ainsi dans ce club mondial des diabétiques on trouve de nombreuses célébrités comme Ernest Hemingway, Liz Taylor, James Brown (légende du funk), Elvis Presley, Johnny Cash (le chanteur country), Peter Ustinov, Ella Fitzgerald,  l’acteur et humouriste Francis Blanche, Marcello Mastroianni, le peintre Paul Cézanne, mais Arthur Ashe, John Mac-Enroe (deux légendes du tennis mondial), Tom Hanks (l’acteur), Menahem Begin (premier ministre israélien) et beaucoup d’autres… et tous ont réussi malgré la maladie.

     

     

    http://legourmetdiabetique.over-blog.com/article-celebrites-diabetiques-121971266.html

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire